Québec, sous occupation royaliste !

Les Québécois ont beau être très majoritairement contre la monarchie britannique, celui qui rêve de devenir le petit roi patenté de la ville de Québec, de même que les autorités canadiennes, en n’ont rien à foutre.  Ils ont décidé d’imposer aux Québécois la présence coûteuse du petit couple royal qui arrive aujourd’hui de ce côté-ci de la flaque Atlantique (dans le but évident de raffermir les liens entre le Québec, la couronne d’Angleterre et le Canada), et ils prendront tous les moyens pour y parvenir efficacement. 

Visite royale : une question d’image !

Les anti-indépendantistes ne savent plus où donner de la tête afin de convaincre les gens que le Réseau de Résistance du Québécois, qui gagne beaucoup de galons ces jours-ci, est une nuisance potentielle de laquelle ils doivent se détourner irrémédiablement.  Leur dernière trouvaille ?  Notre manifestation du 3 juillet, à Québec, contre la visite des têtes couronnées donnera une mauvaise image du Québec à l’international.

Scribouilleux un jour, scribouilleux toujours

On ne s’attend jamais à grand chose de brillantissime provenant de La Presse lorsqu’il est question du dossier de libération nationale.  Au fil des ans, on s’est habitués aux admonestations des petits faiseux qui sévissent dans ces pages-là et qui sont toujours dirigées contre nous, les indépendantistes.  Mais il en est un qui demeure tout de même plus imbuvable que les autres et j’ai nommé Patrick Lagacé.

Un nouveau parti indépendantiste?

Les démissions des Louise Beaudoin, Lisette Lapointe, Pierre Curzi, mais surtout Jean-Martin Aussant, ont été accompagnées de rumeurs à l’effet qu’un nouveau parti indépendantiste pourrait voir prochainement le jour au Québec, se retrouvant sur la même ligne de départ que ce Parti Québécois usé qui ne cesse de regarder dans une direction autre que la liberté.  Serait-ce une bonne chose?  Serait-ce envisageable?

Pauline Marois doit s’éclipser

Les événements des derniers jours ont confirmé bien des propos que j’avais tenus en 2008, lors de l’arrivée de Pauline Marois à la tête du Parti Québécois.  À l’époque, j’avais été le seul à m’opposer publiquement à l’idée que Pauline Marois devienne chef du principal parti du mouvement souverainiste.  Après la catastrophe André Boisclair, les militants étaient prêts à accepter à peu près n’importe qui à la tête du parti, même Pauline Marois. Mes sorties médiatisées ne m’avaient pas valu que des amis, c’est le moins que l’on puisse dire ;  mais peu m’importait.

Le fou du roi aux commandes !

Ça y est, on en sait maintenant un peu plus sur les détails de la visite des « parasites » à couronnes qui seront à Québec au début du mois de juillet.  >Et ceux qui s’attendaient à un programme provocateur seront bien servis.  Le maire Red Bull, lui qui est toujours bassement prêt à se vendre pour une piastre, a décidé de faire de la politique avec cette visite-là.  Alors attention mesdames et messieurs, c’est désormais le fou du roi qui est aux commandes.  Et ça promet !

« Vous nuisez à la cause » !

« Vous nuisez à la cause »! Rien que ça! Cette formule-là, au cours des dix ans d’existence de l’organisation du Québécois, je me la suis fait servir à plus d’une reprise par les donneux de leçons du Parti Québécois et du Bloc Québécois.  Selon eux, le fait d’ébranler solidement les colonnes du temple canadien était néfaste, de nature à faire peur aux électeurs québécois.

Ouvrir la constitution : bien sûr !

Un sondage La Presse Canadienne / Harris Décima (Ça sonne sérieux, pas vrai !) a été diffusé ces jours-ci pour nous annoncer que les Canadiens sont maintenant prêts à ré-ouvrir la constitution, question de la modifier.  Au menu :  abolition du sénat et modernisation du régime électoral.  On nous dit même que bien des gens seraient prêts à accepter des modifications permettant au Québec d’enfin signer la constitution qu’il s’est fait arbitrairement imposer, à son corps défendant, en 1982.

C’est à nous de décider…

Tous ceux qui connaissent un tant soit peu le NPD savaient déjà qu’il ne fallait rien attendre de bon de ce parti lorsque viendrait le moment de défendre le Québec sur la scène fédérale. Mais je dois avouer quand même que la première confirmation de nos appréhensions est arrivée encore plus rapidement que je ne l’escomptais.  Pour Jack Layton, la règle des 50%+1 ne serait pas suffisante pour que le NPD reconnaisse l’indépendance du Québec.  Tenez-vous le pour dit.

Quand une soirée éteint tout doute.

C’est avec le petit nez encore rosé de ma soirée que je vous raconterai mon premier rassemblement avec les membres du RRQ. Cette veillée festive et instructive qui me laisse cette saveur de revenez-y! Mes pieds qui ne veulent qu’avancer un pas devant l’autre, ma bouche qui a cette rage de partager mes idées!