Un folklore sans pays

24.95$

À travers des textes qui affirment la richesse culturelle du Québec  (les traditions de l’érable, Alexis Le Trotteur, le peintre-barbier Arthur Villeneuve, l’étonnant guide et chasseur Paul Provencher de la Côte-Nord ou même l’hymne national « Ô Canada » parmi d’autres), ce livre étudie aussi des traits culturels folkloriques particuliers et pose des interrogations à travers diverses recensions de livres d’auteurs québécois souvent trop accommodants envers le système fédéral canadien.

Ce livre soumet ainsi directement cette question cruciale : que devient un folklore sans pays? En fait, simplement le reflet d’une culture morte référant au passé sans véritable avenir.  Sans pays, la culture québécoise risque d’être seulement folklorique, donc une triste évocation de ce qu’elle aurait pu devenir. Dans ce contexte, il faut constater que l’urgence de faire enfin advenir un Québec indépendant s’avère encore plus pressante que jamais.

Description

L’identité culturelle des Québécois est riche et significative. Toutefois, elle se situe en contexte minoritaire dans le cadre fédéral canadien, ce qui empêche son véritable déploiement et sa vraie reconnaissance. Le Québec possède bien une culture française majoritaire sur son territoire, mais celle-ci est constamment menacée. Comme le constate Serge Gauthier, la culture québécoise attend l’avènement du pays réel qui seul permettra son plein épanouissement.

À travers des textes qui affirment la richesse culturelle du Québec  (les traditions de l’érable, Alexis Le Trotteur, le peintre-barbier Arthur Villeneuve, l’étonnant guide et chasseur Paul Provencher de la Côte-Nord ou même l’hymne national « Ô Canada » parmi d’autres), ce livre étudie aussi des traits culturels folkloriques particuliers et pose des interrogations à travers diverses recensions de livres d’auteurs québécois souvent trop accommodants envers le système fédéral canadien.

Ce livre soumet ainsi directement cette question cruciale : que devient un folklore sans pays? En fait, simplement le reflet d’une culture morte référant au passé sans véritable avenir.  Sans pays, la culture québécoise risque d’être seulement folklorique, donc une triste évocation de ce qu’elle aurait pu devenir. Dans ce contexte, il faut constater que l’urgence de faire enfin advenir un Québec indépendant s’avère encore plus pressante que jamais.

Serge Gauthier est détenteur d’un doctorat en ethnologie historique, président-fondateur de la Société d’histoire de Charlevoix et chercheur au Centre de recherche sur l’histoire et le patrimoine de Charlevoix. Il a publié plus de trente livres sur la culture de sa région de Charlevoix et sur le Québec. À la fois poète, romancier, essayiste, historien régional et spécialiste du folklore québécois, il se consacre à l’étude de la culture québécoise en s’engageant clairement pour que le Québec devienne le plus rapidement possible un pays. 

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Un folklore sans pays”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.