L’Alouette en colère

Le 7 janvier prochain, j’irai sous la bannière du RRQ à la manif convoquée au centre Bell. Il y a longtemps que la famille Molson doit nous rendre des comptes à nous Québécois. Comme grande famille capitaliste, ce qu’ils ont de plus que les Bronfman et les Desmarais, c’est qu’ils ont déjà eu le bonheur […]

Corruption et langue bafouée : conditions gagnantes pour la révolte populaire!

La corruption qui a longtemps mené au cynisme populaire est en train de réveiller la révolte patriote en nous!

Cette fin de semaine, j’ai eu l’occasion d’aller au premier colloque de la Ligue d’Action Civique qui se tenait à l’Université de Montréal au campus de Laval. Comme plusieurs le savent, le RRQ s’est présenté à deux assemblées des conseils municipaux pour dénoncer la corruption et démontrer aux citoyens qu’il est possible de se tenir debout devant les crapules qui manipulent le système à leur avantage. Notre coordonnateur de Lanaudière, Carl Contant, a ouvert ce bal à Mascouche et à Ste-Julienne, ce qui a
suscité l’intérêt de plusieurs personnes chez les opposants à la corruption, tel Frédéric Lapointe, président de la LDAC, que nous avons eu l’occasion de rencontrer. Je tiens à remercier le travail constant de Carl avec des citoyens à part entière qui militent pour cette cause.

Peuple québécois, debout !

Le 30 octobre 1995 au soir, Jacques Parizeau identifiait les puissantes forces économiques du Canada agissant au Québec comme autant de facteurs permettant d’expliquer la « défaite » du camp de la libération québécoise. En 2011, ces agents économiques du Canada sont toujours actifs chez nous, en notre pays ; ils travaillent encore d’arrache-pied contre […]

C’était prévisible: un magouilleur magouille toujours

On entend dire régulièrement que Jean Charest est un politicien téflon sur qui aucun scandale ne colle.  Plus exact serait de dire que Charest profite d’un contexte de désabusement citoyen extrême pour mener magouille par-dessus magouille, et ce, en tout impunité.  Les Québécois sont fâchés contre ce magouilleur mais ne font rien pour lui faire payer ses coups tordus. Alors il continue comme avant, comme si rien était. Et il en ira ainsi tant que plusieurs parmi nous oseront dire, une façon comme une autre de justifier le fait qu’ils restent bien assis sur leur derrière :  « de toute façon, ils sont tous pareils ».

Des poignées dans le dos?

En annonçant hier qu’il mettait sur pied une fausse commission d’enquête sur l’industrie de la construction, l’ineffable Jean Charest a confirmé ce que tous savent depuis fort longtemps : il se fout du peuple québécois comme de sa dernière chemise, tout ce qui lui importe est de protéger les petits amis du régime libéral dont […]

Tous unis pour l’indépendance de notre pays

Le réseau CAP SUR L’INDÉPENDANCE, qui regroupe 22 mouvements indépendantistes, dont le Réseau de Résistance du Québécois, lance un appel aux citoyennes et aux citoyens du Québec à participer, le 29 octobre prochain, à une grande manifestation unitaire, non partisane, pacifique et joyeuse pour l’indépendance de notre nation. Cette manifestation débutera, à 13h30, à la […]

Non à la corruption!

Le RRQ, le Réseau de Résistance du Québécois, est une organisation composée de bénévoles qui se vouent au combat pour un Québec libre de la corruption et indépendant. Nous dénonçons les malversations et le mépris pour la démocratie de l’administration de la municipalité de Ste-Julienne. Le Québec est en deuil de justice, nous demandons votre […]

Des Québécois à la Fête de l’Huma

La famille indépendantiste est diversifiée à souhait. Quiconque l’observe le moindrement comprendra que plus d’une idéologie s’y côtoient. Dans l’histoire du mouvement nationaliste, cela n’est pas vraiment nouveau.  La Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, qui existe depuis 1834, a toujours compté en son sein divers courants politiques. À l’époque où le monde politique au Canada semblait se diviser en deux, Conservateurs et Libéraux, il n’était pas rare qu’à un président de la SSJB proche des Conservateurs lui succède ensuite un président proche des Libéraux, et vice-versa. Idem au sein des différents conseils généraux, de sorte que l’auguste Société pouvait représenter l’éventail des options en cours chez les Canadiens français, l’important étant que les « Canayens », comme on disait alors pour parler des francophones, fassent bloc en tout temps. Dans les années soixante, la SSJB est devenue résolument indépendantiste, et, pendant plusieurs années, cela a signifié qu’elle suivait le seul parti engagé dans cette voie, soit le Parti québécois.

Le RRQ Montréal dénonce l’escouade GAMMA

Les temps changent, mais il y a quelques constantes. Une de celles-ci est que l’État peut toujours faire de la répression politique envers les éléments les plus marginaux de la société. Rien de nouveau sous le soleil donc, mais il convient de dénoncer ce qui semble louche au regard de l’idéal démocratique et républicain que […]