Étiqueté PQ

1

Le candidat pasteurisé

Ce chérubin à la Justin, favori de Bernard Landry et poulain de l’establishment, me fait le même effet qu’André Boisclair : un autre héroïque fossoyeur. Et en plus, il est chiant à dessiner avec sa bouille d’ange multiculturaliste. Mais pourquoi donc le qualifier de «pasteurisé»? Une parenthèse fermière s’impose.… [...]
5

La fin des exils, 1er épisode : Le retour des têtes blanches

Ceux qui avaient le moindre intérêt pour Jacques Parizeau ont bien sûr tous suivi le discours touchant de Jean-Martin Aussant – oui je dois l’admettre malgré ma crotte sur le cœur contre lui – aux funérailles de Monsieur mardi. Il a même réussi à me soutirer une larme lorsqu’il a lancé : « Je vous aime Monsieur Parizeau ».… [...]
1

Le fantasme pétrolier

On a tellement rebattu les oreilles des Québécois avec les histoires de création de la richesse et de banqueroute à la casa grecque que certains s’inventent toutes sortes de chimères destinées à les rassurer quant à notre avenir économique.  Parmi les sujets de nature à réconforter les plus inquiets, il y a le foutu pétrole.  Celui qui serait… [...]
11

PKP n’avait pas à s’excuser!

Le Québec, terre spécialisée dans les tempêtes dans les verres d’eau, vient d’ajouter un cas à son florilège de conneries. Il y a quelques jours, lors d’un débat entre les candidats à la direction du Parti Québécois, débat organisé par des étudiants de l’Université Laval, Pierre Karl Péladeau a osé dire ce que tout le monde sait. C’est-à-dire… [...]
7

Le « coloc noir »: un coup fourré de La Presse

Décidément, plus j’en apprends au sujet du projet de lettre que voulaient signer des militants du comité des jeunes du PQ (CNJPQ) avec des représentants du Front national, et plus je me rends compte que La Presse mérite bien le sobriquet que lui avait jadis accolé Olivar Asselin: « La putain de la rue St-Jacques ». Si l’on se fie aveuglément… [...]