Récupération politique, vous dites?

Incroyable, quand même… Des fédéralistes, notamment les fous furieux des radios-poubelles, qui hurlent au crime de lèse-Canada et qui accusent les indépendantistes de récupération politique! Sérieusement, faut pas être gêné. Comme si ce n’est pas le Canada qui récupère sans cesse à des fins politiques, non seulement nos athlètes, mais également nos artistes et nos intellectuels, et ce, sans que personne ne s’en scandalise. Ottawa finance le sport amateur, les arts ou la recherche universitaire au Québec pour quoi d’après vous? C’est gros comme une montagne. Vous ne la voyez pas?

Voici une citation éclairante de Trudeau père (tirée de Le fédéralisme et la société canadienne-française) :

« Un des moyens de contrebalancer l’attrait du séparatisme, c’est d’employer un temps, une énergie et des sommes énormes au service du nationalisme fédéral. Il s’agit de créer de la réalité nationale une image si attrayante qu’elle rende celle du groupe séparatiste peu intéressante par comparaison. Il faut affecter une part des ressources à des choses comme le drapeau, l’hymne national, l’éducation, les conseils des arts, les sociétés de diffusion radiophonique et de télévision, les offices du film. »

Le Comité olympique canadien et les fédérations sportives canadiennes ne jouent pas un autre rôle. Et à l’heure des Jeux olympiques, la télévision d’État participe à fond de train à cette entreprise de propagande au service du « nationalisme fédéral ».  Il faut écouter la couverture des Jeux par Radio-Cadenas pour prendre la mesure de la canadianisation des athlètes québécois. « Nos athlètes canadiens » par ci, « Le Canadien Alexandre Bilodeau » par là… Jamais « Nos athlètes québécois ». Jamais « Un Québécois l’emporte ». Il n’y en a que pour le Canada. Tout est canadien. Comme dans la grosse Presse à Power, d’ailleurs. Le Québec n’existe pas. Nous n’existons pas. Et malheur à l’athlète québécois qui oserait brandir un petit fleurdelisé! Vous ne vous souvenez pas de l’affaire Jennifer Carroll?  Les athlètes, eux, connaissent très bien leur situation, hélas.

Alors, après ça, accuser des indépendantistes de récupération politique parce qu’ils soulignent simplement que le Québec existe, que les Québécois existent… C’est d’une grossièreté. Il est grand temps que le Québec se dote d’équipes nationales et que nous existions dans le sport international. Même pas besoin d’attendre l’indépendance, d’autres nations non souveraines l’ont fait! Mais il faut la volonté politique, cependant…

D’ici là, ce n’est pas de la récupération politique de rappeler à tous ceux qui l’oublient ou qui ne le savent pas que le Québec existe, que les Québécois existent. C’est simplement un minimum de dignité.

Et vive nos athlètes québécois.

Posted in chroniques politique québécoise, Journal Le Québécois and tagged , , , , , , , , .