PKP a raison

Radio-Canada rapportait hier que les libéraux fulminent à propos des attaques qui sont dirigées vers Philippe Couillard à cause de ses accointances avouées avec la dictature coupe-gorge d’Arabie saoudite.

Afin de venir à la rescousse de leur chef qui a été dernièrement pointé dans ce dossier par Pierre Karl Péladeau, les libéraux ont envoyé au front leur petit roquet de service. Le téteux à lunette du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Le freluquet reproche à PKP de poser des questions au sujet des avantages qu’a reçus Philippe Couillard de l’Arabie Saoudite de 1992 à 1996 et de 2009 à 2012. PKP aimerait surtout connaître la nature de la rémunération accordée par les intégristes au bon docteur Couillard. Argent que ce dernier a eu le culot de placer dans le paradis fiscal de Jersey.

« C’en est trop », a tonné Coiteux.  « PKP se vautre dans la boue », a sparagé le petit comptable édenté.

SI PKP est plein de bouette, que dire des libéraux? Tout simplement qu’ils sont vraiment pleins de merde de suivre comme ils le font un type qui a osé s’enrichir auprès d’une dictature qui commet des crimes contre l’humanité au quotidien! Faut être effrontés comme c’est pas possible pour tenter de défendre l’indéfendable en s’en prenant à un homme qui pose des questions légitimes, des questions que tous les Québécois se posent de toute façon. Faut vraiment qu’ils carburent à l’immoralité sans nom pour banaliser comme ils le font la turpitude d’un homme qui est beaucoup trop intelligent pour ne pas savoir ce qu’il faisait en Arabie saoudite, là où il fit beaucoup de cash pendant que les Saoudiens ordinaires souffraient tout autour de lui.

Non, mais, ça va leur prendre quoi pour comprendre que ç’a n’a juste pas d’allure tout ça?! À leur place, j’aurais honte. Et à tout le moins, je jouerais profil très bas, au ras des pâquerettes, ce qui est leur position de prédilection de toute façon.

Et tant qu’à poser des questions, allons-y gaiement.

Oui, on veut savoir quels services exactement a rendus Philippe Couillard à l’Arabie saoudite. Médicaux seulement?  Ou politiques aussi?  On veut aussi savoir comment il se fait qu’un beau jour, un régime dictatorial qui avait besoin d’un directeur pour l’hôpital privé du ghetto doré de l’Aramco ait pensé comme ça, tout bonnement, à Philippe Couillard! Comment il se fait que le nom de Couillard figurait dans les dossiers de l’Arabie saoudite en 1992?  C’est pas banal quand même.

De sa prison du Panama, Arthur Porter dit avoir croisé la route de Philippe Couillard pour la première fois en Arabie saoudite. Dans quelles circonstances les deux hommes se sont-ils rencontrés en pareil endroit?

Lorsqu’il a pris la décision de rentrer au Québec, Philippe Couillard disait que sa fille devait enfin renouer avec sa culture d’origine, qu’en Arabie saoudite, elle ne cessait de crier sur tous les toits qu’elle était saoudienne, purement et simplement. Qu ‘est-ce que cela implique au juste quand on connaît les pressions exercées sur les femmes étrangères qui visitent ce pays ou y vivent? Est-ce que Philippe Couillard s’est tenu droit face aux intégristes en refusant que son épouse du temps et ses enfants de sexe féminin portent le voile et s’écrasent sur le passage des hommes? Comme l’a fait Michelle Obama lors de sa dernière visite dans ce pays? Ou a-t-il plutôt accepté de porter la barbe tout en confinant “ses” femmes dans un rôle de citoyen de seconde zone?

À l’évidence, Philippe Couillard et les libéraux qui défendent l’indéfendable devront un jour ou l’autre répondre aux questions de PKP. Et à toutes les questions que les Québécois se posent quant à cet épisode de la vie de ce premier ministre inquiétant.

Si les questions devaient encore et toujours être ignorées par ceux-là, cela alimenterait les pires craintes quant aux accointances réelles de Couillard avec la dictature saoudienne qui torture et tue au quotidien.