Les Oeuvriers

Disque Les OeuvriersC’est l’ami René Boulanger qui m’a dirigé vers ce groupe Montréalais en me disant : « Tu va voir, c’est de la trempe de Mes Aïeux! » Alléché par une telle présentation j’ai rapidement contacté Les Oeuvriers pour me procurer leur démo éponyme qui était à veille de paraître.

Désolé, René, de te contredire mais je ne suis pas d’accord! Les Oeuvriers sont plutôt les héritiers de Beau Dommage ou Villeray. Et ce, sur plus d’un point!

De prime abord, ce n’est pas ici un concept néo-trad original comme l’est Mes Aïeux. La direction musicale est assez linéaire, avec un minimum d’interférences stylistique. On perds un brin sur l’exotique mais on gagne en pureté. On notera tout de même ce qui semble être un didgeridoo sur la pièce La salle d’attente. Autrement l’instrumentation se concentre sur les guitares acoustiques avec contrebasse, percussions, violon et piano, de l’accordéon ici et là. L’ambiance, elle, est tranquille et soignée, épaulée par une production correcte pour une démo. Les harmonies vocales ont une qualité à la foi enveloppante et éthérée et c’est cette qualité qui me fait le plus penser à Beau Dommage. Du folk au sens américain du terme, fait par et pour le peuple.

Dans la même veine il y a les textes, ou enfin leur thématique. C’est ancré dans la vie de quartier, cette foi-ci St-Henri et sa population ouvrière, avec une teinte à la foi rétro et moderne. Comme un sympathique resto de quartier : c’est à proximité, c’est réconfortant, c’est abordable. Et tous cela en gardant une certaine profondeur lyrique, une richesse de vocabulaire. Je les aurai à l’œil dans les années à venir !

Pour vous procurer l’album c’est via leur page Bandcamp.

Site MySpace Les Oeuvriers

Page Facebook Les Oeuvriers


Tagged: