Mario Beaulieu, pour mener la bataille

Mais qui sont les candidats? Vous pourrez bien sûr consulter les sites internet des deux hommes pour une biographie complète, mais pour ma part les choses sont assez claires. D’un côté, André Bellavance, député du Bloc, un homme qui semble très gentil, pas de doute, mais qui représente l’establishment du mouvement indépendantiste, avec toute sa culture électoraliste et attentiste sur le front de l’indépendance, une culture et une vision politique qui ont mené à la déconfiture que l’on sait le 7 avril dernier pour le PQ et à celle du Bloc en 2011.

D’ailleurs, M. Bellavance a déclaré dès le début de la course: « Pour tous ceux qui ne sont pas nécessairement souverainistes, mais pour qui le respect du Québec dans son intégralité est leur priorité, tous ces gens-là se retrouvent au Bloc ». Autrement dit, on revient à la simple « défense des intérêts du Québec », une stratégie qui a mené le Bloc au fiasco et qui a permis de légitimer le système canadien plutôt que de le combattre, et ce, en invitant carrément les fédéralistes à investir le Bloc… Non, merci.

De l’autre côté, il y a Mario Beaulieu, un militant de l’indépendance d’abord et avant tout, avant, pendant et après les élections. Tout le temps. Son impressionnant parcours et ses réalisations témoignent d’ailleurs de la force de ses convictions. Il n’aura toujours œuvré que pour une seule cause : l’indépendance du Québec. Et c’est pour cette raison qu’il veut prendre la tête du Bloc : faire du Bloc un vrai parti indépendantiste, pas un parti canadien de « défense des intérêts » du Québec! Réjouissant.

Ainsi, parmi toutes les idées intéressantes qu’avance Beaulieu, une me séduit particulièrement :  « Le Bloc Québécois doit être constamment en partenariat avec les organisations indépendantistes de la société civile, les mouvements citoyens et les associations. Il faut soutenir ces organisations qui travaillent avec des moyens trop modestes. Le gouvernement d’Ottawa ne se gêne pas pour engloutir des centaines de millions de dollars dans la promotion du fédéralisme et l’anglicisation du Québec. Étant donné que les députés fédéraux ont des salaires beaucoup plus élevés que ceux des députés du Québec, je propose d’ailleurs qu’une partie du salaire annuel des députés du Bloc Québécois (163 000 $) aille à la promotion de la souveraineté. »

Voilà un homme qui est là pour les bonnes raisons! Il est là pour la cause de l’indépendance de notre pays, pour mener la bataille de notre liberté collective. Jusqu’au bout.

Je salue l’engagement de M. Bellavance au Bloc, mais Mario Beaulieu aura mon vote, c’est clair! L’indépendance ne se fera pas sans détermination et persévérance.
P.S. J’en profite pour saluer l’arrivée de Maxime Laporte à la tête de la SSJBM après le départ de Mario Beaulieu. Un autre indépendantiste de conviction. Excellente chose!