Malédiction derrière la convergence …

C’était à l’occasion du long weekend de la commémoration des patriotes qu’avait lieu le congrès de Québec solidaire (QS) et de son fameux vote sur la possibilité d’alliances entre partis souverainistes. C’est-à-dire, le Parti québécois (PQ) et Option nationale (ON). Plusieurs en attendaient beaucoup (probablement un peu trop), même si ces potentiels pourparlers n’étaient qu’un simple prélude hasardeux. Mais il n’en demeure pas moins que bien des souverainistes voyaient en cette alliance « souverainisto-progressiste » une réelle solution pour 2018.

Résultats des courses, si les congressistes ont refusé les pourparlers avec le PQ, ceux concernant ON ont été accepté. Ce qui démontre au moins assez clairement que les membres de QS sont potentiellement capables de renforcer leur position sur l’indépendance, malgré les gains électoraux négligeables que provoquerait cette fusion au sein des intentions de vote[1].

En conséquence, le résultat des votes concernant les alliances souverainistes est donc clair : QS embrasse la cause de l’indépendance, mais rejette son « vaisseau amiral ». Mais pourquoi ce rejet ? Pour les militants de QS, c’est d’abord pour son attitude face au conservatisme identitaire plus ou moins assumé et accessoirement pour ses positions ambiguës en matière environnementale et sociale. Mais à écouter les militants péquistes dans leurs diatribes, cette position de rejet irait « contre toute logique » et n’aurait comme autre conséquence que de « voler des votes au PQ ».

Évidemment, ces militants se gardent bien de répondre aux critiques du PQ, qui engendre ce désamour. Vous savez, ces zones grises sur des questions pourtant fondamentales pour un parti se prétendant indépendantiste, comme celui du mode de scrutin, des moyens d’accession à l’indépendance, l’échéance, voire l’indépendance elle-même ! Et je ne parle même pas de toute l’ambiguïté derrière le soi-disant « progressisme » de l’appareil du Parti québécois[2] et de son refus de comprendre que les électeurs sont libres de ne pas voter PQ s’ils ne le trouvent pas convaincant.

Enfin, le schéma pour ces militants est tristement toujours le même et se limite à donner carte blanche à la direction du PQ et le plein appui dans ses châteaux forts comme position de « gros bon sens », car la formation serait potentiellement « plus à même de remplacer les libéraux » au sein du gouvernement. Mais, en dehors du fait que le PQ ait lamentablement échoué à cette tâche[3] lors de sa dernière expérience au pouvoir, il n’en demeure pas moins que c’est beaucoup demander à la direction de QS que de donner cette carte blanche au PQ. Car il est peu probable que le PQ veuille laisser autre chose à QS que ces propres conquêtes et les circonscriptions où le PQ n’a aucune chance de gagner. Autrement dit, un marché de dupe. De plus, il ne faut pas perdre d’esprit que le PQ est en déclin constant et que QS fait normalement ses conquêtes sur les terres péquistes et non l’inverse, ce qui rend l’offre encore moins intéressante. Cela va de soi ! Et tout ceci additionné aux griefs idéologiques qu’ont ses militants et mentionnés ci-dessus.

Malgré la déception de certains, QS semble avoir le vent dans les voiles depuis ce congrès et se prétend même être en mesure de battre les libéraux aux prochaines élections. Malgré tout l’engouement suscité par QS, il n’est pas encore tellement crédible que ceux-ci soient un réel concurrent pour le PLQ en 2018. Mais il n’est pas impossible que leurs appuis et représentations augmentent significativement dans certains centres urbains (même hors de Montréal). Et cela au détriment du PQ, comme toujours. Il est donc compréhensible que les membres de QS n’aient pas accepté de se faire avaler par un PQ en déclin. D’autant plus que c’est ce même PQ (du moins, celui de Lucien Bouchard) qui abandonna l’électorat progressiste francophone dans les années 90-2000 (parce qu’un peu pris pour acquis, il faut bien l’admettre) et qui engendra l’espace politique qu’occupe maintenant QS.

Malgré ces quelques griefs envers l’appareil et la base du PQ, je me dois de préciser que QS n’est pas sans fautes non plus dans cette histoire, et leur stratégie, même s’ils la présentent comme étant comparable à celle de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon (JLM), n’est pas de même nature. Et cela, depuis le tout début de sa fondation. Les mouvements progressistes qui marchent dans le monde ont tous comme base un programme minimal de convergence. Programme minimal permettant d’établir un objectif clair et de faire le pont entre différents mouvements et forces sociaux propres à chaque pays contre leurs représentants néolibéraux[4]. Si QS est effectivement une convergence, celle-ci l’est d’abord entre la social-démocratie radicale (Union des forces progressiste) et les représentants politiques du mouvement communautaire (Option citoyenne). De la coalition solidaire est visiblement absente tout un pan du mouvement syndical (notamment celui des régions) et des indépendantistes[5], qui ne sont pas négligeables comme forces sociales encore plus ou moins proches du PQ. C’est d’ailleurs ces dernières forces qui misaient le plus sur cette alliance.

En fait, et pour continuer la comparaison avec le contexte français et québécois, QS serait plutôt comparable à une alliance entre le Front de gauche et le NPA, quand la France insoumise est d’abord une coalition de partis politiques, groupes sociaux, environnementaux, socialistes et syndicaux autour d’un programme pragmatique et évitant les sujets inutilement polémiques. Les éléments qui divergent le plus entre ces deux coalitions, est que la France insoumise s’est construite d’abord et avant tout sur la mise au banc des partis[6] et de leurs besoins de domination idéologique, pour se focaliser sur un programme minimal de convergence qui sut fonder le mouvement de masse que l’on connait aujourd’hui. Tout le monde y trouve son compte, malgré les profondes divergences entre les groupes qui soutiennent ce mouvement.

Pour ce qui est de QS, le programme est tout sauf minimal et comporte une multitude de points polémiques propre à éloigner bien du monde. Notamment sur les questions identitaires, qui, trop souvent, prennent appui sur une réalité subjective des discriminations au lieu de focaliser sur le cadre social et juridique à l’origine des discriminations. Autrement dit, QS exclut implicitement tous ceux qui ne sont pas acquis aux discours parfois provocateurs des groupes féministes, LGBT, immigrés, musulmans, etc. Et ces gens, surtout en région, sont très loin d’être tous de droite, malgré ce que l’on en dit à Montréal. Comme je l’ai écrit déjà à mainte reprise, il est stratégiquement idiot de rejeter tout un pan du mouvement syndical et souverainiste par simple dogmatisme idéologique. Quand on aurait tous à gagner de les écouter, afin de comprendre leurs peurs pour ainsi y répondre sans mépris. Cette ouverture a été l’un des grands succès de JLM, car la stratégie de pureté de la vieille gauche française (comparable à celle de QS) est une des grandes raisons qui ont fait du Front national le 1er parti ouvrier de France. Depuis que la France insoumise daigne parler avec les électeurs du FN (du moins, son électorat ouvrier et précaire), ces derniers peuvent se réconcilier avec la gauche et ainsi court-circuiter la propagande identitaire du FN. C’est d’ailleurs une stratégie que Québec solidaire professe depuis longtemps pour communautés culturelles (surtout musulmanes), alors il n’est pas logique de ne pas l’appliquer aussi aux Bernard Gauthier du Québec profond.

Je sais que cet intérêt porté aux régions n’est pas directement mis de côté par l’appareil de QS et ces derniers se défendraient bien sûr d’abandonner les régions. Mais il n’en demeure pas moins que le programme identitaire (de gauche) très étoffé de QS rend la discussion difficile, au même titre que la charte des valeurs a su brouiller le PQ d’avec l’électorat immigrant. Le programme de QS est rempli de vœux pieux et de jugements de valeur qui n’apporteront rien de neuf s’ils devaient arriver au pouvoir[7], mais qui lui aliènent un grand nombre d’électeurs antilibéraux susceptibles de les soutenir pour leur programme économique, environnemental et démocratique. Ces électeurs, au même titre que ceux du FN, sont tout à fait mûrs pour une récupération populiste et forment un électorat tout prêt pour le parti qui saura jouer au mieux la carte sociale et identitaire.

Par chance, ce jour n’est pas encore arrivé. Mais ne soyons pas naïfs, le conservatisme identitaire fleurit de jour en jour sur le terreau qu’engendre les extravagances de certains groupes proches de QS et dont le fonds de commerce est plus de culpabiliser les masses que de lutter réellement contre les discriminations. Si QS se veut un mouvement de masse, celui-ci devra rejeter le culpabilisme que professent ses composantes identitaires (de gauche) extrémistes, car ces derniers seront toujours un repoussoir pour la majorité de la population et lui aliénera le soutien des masses[8]. Et est-il besoin de rappeler cette évidence qu’un mouvement de masse ne peut se faire sans le soutien de cette même masse ?

En somme, je ne crois plus aux chances de revoir un PQ sain depuis belle lurette, mais Québec solidaire est encore actuellement loin d’être sur la voie du pouvoir et donc de l’indépendance. Tant et aussi longtemps qu’ils seront prisonniers de leurs positions moralisatrices et que ceux-ci regarderont de haut les gens des régions (qui sont un électorat objectivement et subjectivement discriminé !), le pouvoir ne saura être ailleurs que dans les mains du PLQ, voire pire …

En fin de compte, et si le vote a su décevoir bien des gens, les choses ont désormais le mérite d’être claires pour la suite du calendrier politique. Reste à savoir si le PQ de Lisée voudra continuer dans la voie d’un parti qu’il prétend progressiste ? Autrement, nous aurons une nouvelle fois la preuve que cette main tendue n’était qu’une manœuvre (toute Liséenne) ne visant qu’à avaler la gauche du Québec pour mieux la tuer !


[1] Le petit 1% d’électeur d’Option nationale ne sera pas mathématiquement acquis à QS, malgré des négociations favorables.

[2] Comme la fameuse « gauche efficace » de son chef.

[3] C’est-à-dire remplacer durablement le PLQ.

[4] Le plus souvent représenté par les partis traditionnels de l’axe gauche-droite.

[5] La base des souverainistes est rarement un soutien des politiques néolibérales.

[6] JLM a mainte fois dénoncé les alliances entre partis et l’opportunisme qui s’en apparente.  Les déboires avec l’appareil du PCF sont directement liés à ce point.

[7] Voir le point 1 du document « Pour une société solidaire et féministe » qui est un copier-coller de la charte des droits présentement en vigueur, mais tout en imposant une vision moralisatrice et subjective de la société québécoise. Ce qui les emmène à promouvoir tout un ensemble de privilège et de discrimination lié à la « race », le sexe, la religion, etc. au lieu de changer les structures économiques qui engendraient l’égalité de tous.

[8] La lutte contre les discriminations et le culpabilisme ne sont en rien liés. Le culpabilisme est la plupart du temps contre-productif, car n’excitant que la réaction tout en ayant un potentiel d’éducation quasi nul.



Benoit Arcand
À propos de