Les idées avant la partisanerie

Afin de répondre à ceux qui ne comprendraient pas le sens de notre démarche, je tiens tout d’abord à souligner à gros traits gras que cette lettre ne contient rien de vraiment nouveau, rien qui ne soit en tout cas en violation avec le programme d’ON.  Ce qu’elle dit cette lettre, grosso modo, c’est que QS défend mieux l’environnementalisme et critique mieux le néolibéralisme qu’ON (grosse révélation !), mais qu’ON est un parti beaucoup plus vigoureux que QS dans le dossier national (autre immense révélation !).  Ensuite, la lettre pose un défi important à QS :  si ce parti accepte de raffermir sa position indépendantiste et s’il accepte de clarifier dans le bon sens l’article de son programme concernant l’assemblée constituante qui devrait strictement porter sur un  projet de pays, hé bien, dans un tel cas, les deux partis seraient appelés à s’allier.  Ça serait alors, à notre point de vue, la bonne chose à faire.

J’espère que tout le monde comprend bien que la lettre est pas mal plus exigeante pour QS que pour ON à qui elle ne demande rien dans les faits.  Si QS devait refuser notre proposition, cela permettrait à ON de mieux établir le caractère équivoque de la démarche solidaire eu égard à l’indépendance et cela élargirait un peu l’espace vital dont a besoin ON sur l’échiquier politique afin d’assurer sa pérennité.

Car il ne faut pas s’y tromper. ON passe déjà, aux yeux de plusieurs, pour une pâle copie de QS qui est, malgré sa stratégie déficiente pour la défendre, en faveur de l’indépendance.  La formule oniste « l’indépendance n’est ni à droite, ni à gauche, mais droit devant » n’est aucunement convaincante lorsque la plateforme dudit parti – ON en l’occurrence – est clairement de gauche. Au-delà des discours martelés par les uns et les autres, les deux partis sont donc actuellement assez semblables.

Et les Québécois s’en rendent bien compte.

Sur le terrain, dans Viau, lors des élections partielles de l’automne dernier, j’ai passé 35 jours en porte-à-porte à expliquer aux électeurs pourquoi ON ne fusionnait pas avec QS, étant donné toutes nos similitudes.  Les votes que j’ai été chercher un par un, c’est à QS que je les ai arrachés, et absolument pas au PQ comme certains le croient. Ce qui signifie que le vote indépendantiste qui n’endosse pas le péquisme est actuellement divisé. Cela contribue à faire passer nos idées pour plus marginales qu’elles ne le sont.  Permettant à cette droite nationaliste, autonomiste ou fédéraliste d’imposer quasiment sans coups férir ses diktats en terre québécoise.  Cette situation me dérange grandement, et ce n’est certainement pas mon attachement à un parti qui m’imposera profil bas face à tout ça.

Notre lettre, qui intéressera bien davantage les militants que les simples électeurs, ne crée donc pas la confusion qui existe déjà dans la tête de nombreux Québécois entre ON et QS. Partant de là, arrêtons de reprocher à cette lettre des choses dont elle n’est absolument pas responsable.  Et regardons plutôt du côté des bienfaits qu’elle pourrait nous apporter.  Et le plus important étant de forcer un débat concernant l’indépendance entre gens de QS et d’ON.  Si les solidaires acceptent enfin de raffermir leur stratégie indépendantiste, les militants d’ON devraient applaudir et appliquer l’article de leur propre programme qui appelle à toute alliance avec un parti décidé à réaliser à court terme l’indépendance ;  peu importe la forme que cela prendrait, ensemble, nous serions plus forts. Si les solidaires décident plutôt de maintenir l’ambiguïté eu égard à leur stratégie indépendantiste, les choses seront plus claires qu’hier aux yeux de plusieurs et les militants d’ON pourront se targuer mieux que jamais de représenter le seul vrai parti indépendantiste à évoluer dans le contexte actuel.  Cela permettra à ON de se distancer de QS et de récolter plus facilement des votes qu’il ne le peut dans la présente conjoncture.

En ce qui a trait à la date de publication de la lettre, je crois qu’il était préférable de le faire avant les élections.  Après une campagne électorale, un tel sujet émanant de courants minoritaires issus de deux tiers partis qui risquent fort de connaître d’importants déboires électoraux aurait tout simplement passé sous l’écran radar.  Pour qu’il y ait débat public, le sujet doit se retrouver sur la place publique.  Et la meilleure façon d’imposer ce sujet, c’était de le faire avant les élections.  Ce n’est pas plus compliqué que ça.

Et de toute façon pourquoi serait-ce un problème de le faire avant les élections plutôt qu’après? Pour ne pas menacer la performance électorale d’ON ? Publier cette lettre avant les élections ne changera strictement rien au résultat qu’obtiendra ON à l’issue de ces élections qui seront de toute manière très difficiles pour ce parti. Après le départ d’Aussant, avec un chef sans trop d’expérience politique, avec ce PQ qui joue très bien ses cartes électorales et un QS qui lui dame le pion dans le dossier de la charte et de l’environnementalisme, l’actuelle place d’ON sur l’échiquier électoral demeure bien fragile ;  les militants d’ON devraient s’inquiéter de tout cela bien plus que de notre simple lettre. 

De toute façon, pour un tiers parti, c’est le travail de terrain qui décide des résultats électoraux. Lettre ou pas lettre, les votes d’ON se gagneront un par un sur le terrain.  Il n’y aura pas de cadeau offert à ses candidats.  Seul le travail acharné leur garantira certains succès.  C’est d’ailleurs ce que j’ai fait lors de l’élection partielle dans Viau, me permettant de décrocher presque 5% dans une forteresse libérale immuable.

Détail plutôt insignifiant parmi tout le reste ;  cette démarche n’a pas été initiée dans le secret. Avant même que je participe à la première rencontre entre membres d’ON et de QS, le chef d’ON était informé de notre démarche qui – je le répète – ne viole en rien les positions du parti oniste.  Il en a été aussi question lors d’une réunion du Conseil national.  Certains auraient voulu qu’on soumette à la direction du parti le texte préalablement à toute publication.  Je suis fort probablement un très mauvais chien domestique, mais il se trouve que j’ai toujours bien de la difficulté à marcher si docilement au pas, surtout lorsqu’il s’agit d’un dossier qui respecte le programme du parti.  L’esprit de la lettre a donc été communiqué aux autorités en place, mais pas le texte.

J’ai beau retourner le problème d’un côté et de l’autre, je considère toujours qu’il était approprié pour un conseiller élu d’ON d’initier une réflexion concernant l’avenir du parti, mais également du mouvement indépendantiste.  Je crois avoir le droit, en tant que militant, de réfléchir où bon me semble, en privé ou sur la place publique.  Lorsque j’ai accepté le poste de conseiller d’ON, je n’ai jamais signé un contrat menottant ma liberté d’expression.  Ma liberté de parole est ma plus grande richesse, et je ne la braderai jamais en échange d’un poste ici ou là.  J’espère que c’est bien clair.

Et pourquoi avoir provoqué tout ce branle-bas de combat me direz-vous?  Si j’ai emboîté le pas à Catherine Dorion dans cette aventure, c’est tout simplement parce que je considère que l’idée d’indépendance est actuellement piégée. Son pied est pris dans un immense piège à ours. Elle est gardée en otage par un parti qui demeure bon an mal hégémonique dans le mouvement indépendantiste.  Il est bien sûr question du Parti québécois, parti qui se comporte de manière fort peu honorable par les temps qui courent.  Comme tout le monde le sait, le PQ utilise périodiquement la cause indépendantiste pour serrer les rangs derrière lui et espérer remporter des élections, sans jamais agir pour que le projet se réalise vraiment ; enfin tel est le cas depuis la fin de l’époque Parizeau.  Cette situation assure la mainmise au PQ sur le mouvement, empêchant les autres idées connexes au projet de pays de connaître du succès.  C’est cela que je veux contribuer à changer.

Ce n’est un secret pour personne que je ne suis pas un chaud partisan de la charte des valeurs.  Mais je suis bien plus remonté contre le PQ à cause de ses décisions dans le dossier environnemental.  L’humain a déjà poussé la nature dans ses derniers retranchements.  Embarquer à ce moment-ci de l’histoire humaine dans l’aventure pétrolière, pour faire plaisir à des spéculateurs affreux, c’est une ignominie sans nom.

Qu’à cause du PQ le mouvement indépendantiste québécois participe ainsi de projets néfastes pour l’environnement, ça me révolte !  Et j’ai envie de me battre pour empêcher cela.  Et à mes yeux, la seule manière d’y parvenir, c’est en brisant l’hégémonisme péquiste.  Comment y parvenir ? En organisant mieux l’opposition dans le mouvement indépendantiste.  Et je ne crois pas que le parti ON pourra faire fructifier ses actifs suffisamment rapidement pour incarner à lui seul cette opposition et empêcher le drame écologique que le PQ nous prépare.  Ni QS d’ailleurs.  On me reprochera le raccourci militant en faveur du rapprochement entre ces deux formations, mais je crois l’idée d’abattre les silos qui nous isolent dans nos partis respectifs vraiment porteuse d’avenir.  Marier l’indépendantisme turbulent d’ON à la décolonisation environnementaliste et sociale de QS permettrait de mieux cheminer vers l’indépendance, tout en sauvant l’honneur du mouvement indépendantiste qui est mis à mal actuellement. Suis-je utopiste de croire la chose possible ?  Peut-être.  Et je l’accepte.  Après tout, il faut l’être un peu pour rêver comme nous le faisons, depuis si longtemps, de liberté.

Finalement, dans toute cette aventure, j’ai agi comme je crois l’avoir toujours fait.  En faisant passer les idées avant toute partisanerie.  De cela, mes chers amis, je plaide fièrement coupable !