Le sept chanceux!

Depuis le vieux pays, je vois ce qui se passe au Québec avec un certain recul. Du fait de la distance, les médias ne m’affectent pas avec leurs propagandes douces ou évidentes. Je suis complètement déçue de ce que l’on propose au citoyen. On lui vend du vide et on lui demande de choisir! Pendant ce temps, de vrais gens vivent de vrais enjeux. Tous citoyens confondus!

D’où je suis, là où l’esprit critique est encore possible, là où les débats avec les questions pertinentes sont encore entendues, même si parfois elles sont embarrassantes, là où manifester pacifiquement se fait dans la bonne humeur avec les policiers, qui sont là pour ouvrir la marche et s’assurer que personne ne soit blessé. Je vous avoue que la première manif à laquelle j’ai assisté en France, j’y ai assistée un peu malgré moi. J’étais une passante. J’ai entendu des sifflets, des gens qui scandent leur mécontentement. Un attroupement se dirigeait vers moi, j’ai vu des policiers s’approcher.  Je flageolais des genoux et je me suis dirigée à l’écart un peu pour me protéger. Je n’avais aucune envie de recevoir un coup de matraque par erreur pour une cause que je ne connais pas. 

J’ai vu quelque chose de magnifique! J’étais complètement déroutée de voir les policiers ouvrir la marche aux manifestants. S’assurer que tout se passe bien. Les policiers qui travaillaient pour les citoyens. Pour s’assurer qu’aucun passant n’obstrue le passage ni qu’aucune voiture ne se retrouve coincée là. Pour la population, pour la démocratie! J’ai vu les manifestant heureux, sourire avec leurs convictions respectées. Ça se passait bien! Comme pour un défilé! Je vous avoue que là j’ai pleuré, putain de bordel de tabarnak! Oui j’ai pleuré! La voie du peuple, libre de parler, sans risque de violences! Pourquoi chez nous ça n’est pas possible? Pourquoi le gouvernement s’est radicalisé à ce point. Il est devenu très intolérant au point d’en devenir violent! C’est grave non? Les Québécois ne sont pas spécialement des gens qui vont trop loin. Au contraire, ils acceptent plutôt, trop longtemps. 

J’étais devant ce magnifique spectacle très touchant. Je n’en revenais pas d’éprouver des sentiments semblables à ceux d’une ressortissante d’un pays en tyrannie. Le droit de manifester sans entrave est l’article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés, et fait parti évidement de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. 

Ça n’est pourtant pas possible au Québec. En France ça l’est encore. J’en ai eu la preuve, ça m’a fait un choc. Pourtant les enjeux étaient cruciaux, c’était contre l’austérité! Personne n’a été traîné par terre, personne n’a été matraqué, personne n’a eu de contraventions! Ça n’est pas un monde parfait. il y a évidement des manifestations qui se passent mal à cause de casseurs. Cependant la majorité des manifestations se passent très bien. Manifester en France, c’est un peu leur sport. je ne sais pas pour combien de temps, mais heureusement c’est encore possible de voir la démocratie un peu libre quelque part.

J’en ai vécu d’autres manifs comme ça et, à chaque fois, j’ai une émotion très grande. Je pense à nous! À mes compatriotes qui se font bâillonner par la peur et la violence. Pourquoi? Ne sommes-nous pas en démocratie? Non! Nous ne le sommes plus. Je peux le dire par comparaison, la démocratie au Québec est en phase terminale. On ne peut plus protester et on nous demande de choisir nos représentants à l’aveugle. De quoi la politique se cachent-elle pour avoir peur à ce point de la voix de ses propres citoyens?  Où peut-on aller comme société ainsi? Je vous propose de réfléchir à ces questions, car s’il y a bien une chose qu’on nous empêche de faire au Québec, c’est de se poser des questions! 

Tout ça profite à qui? Pas au citoyen en tout cas! Bon vote! Ou plutôt, BONNE CHANCE! En ce jour national de loterie! Je nous souhaite d’avoir enfin un représentant qui se souvienne de son devoir qu’implique son rôle. 

 

Marie-Ève Richard
Correspondante du RRQ en France