Le kirpan à l’école, 11 ans plus tard

Onze ans après l’histoire du kirpan à l’école, nous pataugeons toujours dans le même merdier.

En 2005, dans la foulée de ce mélodrame, l’Union des Forces progressistes (avec Option citoyenne, l’un des géniteurs de Québec Solidaire), associait ma dénonciation des intrusions évangélistes dans les écoles inuites Québécoises à du racisme à l’endroit des inuits. L’humaniste, bien campé à gauche, que je suis fut bien ébranlé. Une petite histoire isolée, rien de bien grave, circulez, y’a rien à voir…

Voilà qui laissait entrevoir l’actuelle sclérose oppositionnelle de ceux que l’on associe désormais à la nouvelle gauche, régressive et individualiste, dès lors que l’on cause laïcité. Ces pauvres bougres se sont joints au concert d’insultes qu’aboient traditionnellement les multiculturalistes dogmatiques et autres bouffeurs de séparatisses, trop heureux de maintenir béantes les fractures de l’embarrassante province. Bousiller la sécularisation entreprise pendant la révolution tranquille est un moyen comme un autre. Nos ennemis ce sont jusqu’ici montrés fort créatifs et semblent avoir bien peu de tabous.

À la grosse Presse des Desmarais, on pousse l’indécence jusqu’à encenser le père Talyor. Voici donc ce vieil hibou couronné «personnalité de la semaine». Visiblement, pour La Presse, dans cet océan de cancres que serait le Québec, Monseigneur Taylor serait le seul intellectuel de calibre, le seul capable de nous expliquer ce qu’il faut penser.

À cela s’ajoute, hyperactivité de Couillard, le pyromane en chef de l’Assemblée Nationale. Notre Grand Schtroupmph Libéral qui, en campagne électorale, associait grossièrement ses fonctions politiques à celles d’un «bon père de famille», déverse aujourd’hui un flot d’huile sur un feu susceptible d’embraser le Québec entier. Accuser le PQ et sa charte d’avoir causé la tuerie de Québec n’est plus le fait de quelques illuminés surexposés médiatiquement comme Dalida Awada. Désormais, le premier Ministre du Québec entonne ce malsain refrain, sans le moindre scrupule. Comme irresponsable on ne fait guère mieux.

La neutralité et l’égalité qu’on dit vouloir protéger sont en fait moins bien respectées qu’elles ne le seraient dans un système où la même règle laïque serait appliquée à tous. – Daniel Baril

facebook_logo_aprilus



Aprilus
À propos de