La générosité du 1%

Bill Gates portant un T-shirt « Hug me, I save lives ». Bono avec sa tête de palourde royale au QI déficient nous annonçant qu’il faudrait plus de Canada dans le monde. Justin Trudeau qui est là, égal à lui-même, le beau gosse souriant avec ses phrases creuses dans le genre : « Lorsque les gouvernements, les partenaires privés et les citoyens s’unissent, nous pouvons entrer dans l’histoire, nous pouvons changer le monde ». Le tout sur un tapis rouge digne d’un Gala Artis, avec quelques vedettes aseptisées qui nous disent à quel point ils changent le monde et à quel point c’est important de s’impliquer. Manque juste le Dalaï-Lama qui danse sur un haut-parleur et la soirée est parfaite.

Un rassemblement glamour parfaitement inoffensif en apparence. Bill Gates acclamé par une ovation debout? Pourquoi pas ovationner Néron tant qu’à y être? Déjà, quand je vois Bill Gates, Bono et Justin Trudeau ensemble me dire qu’ils vont changer le monde, je me méfie. Exactement comme quand je regardais les partenaires de la COP21. De la philanthropie toé chose.

Tout ce beau monde réuni à l’initiative de Trudeau, pour Global Citizen, une plate-forme mondiale qui dit travailler avec des ONGs et des partenaires privés parmi les plus efficaces. Le but de ce spectacle/conférence/show de boucane haut en couleurs : amasser des fonds pour Le Fonds Mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (Global Fund).

« .Aux côtés du philanthrope Bill Gates, le premier ministre canadien a martelé qu’il serait possible de ”mettre fin aux maladies pour de bon” — c’est l’objectif ambitieux de l’organisation qui compte éradiquer le sida, la tuberculose et le paludisme d’ici 2030 » – Le Devoir, 19 septembre 2016.

Rien que ça. Mettre fin aux maladies pour de bon. Ce qui sent mauvais, c’est lorsqu’on regarde de plus près ces partenaires privés, tant chez Global Citizen que chez Global Fund, ceux qu’on appelle à tort, des philanthropes.

Chez Global Fund, on retrouve comme partenaires privés :

-Product Red, (né d’une initiative de Bono)

-la Fondation Bill et Melinda Gates

-Chevron

-Coca-Cola

-Ainsi qu’une dizaine d’autres compagnies, fondations, banques, pharmaceutiques, moins connues.

Chez Global Citizen, on retrouve comme partenaires privés, aussi appelés « Supporteurs » :

-La Fondation Bill et Melinda Gates

-MSNBC et Comcast NBC Universal (NBC détenu jusqu’à 2013 par le fabricant de technologie militaire General Electric, aujourd’hui détenu exclusivement par Comcast, le géant américain des médias, de la câblodistribution et du divertissement)

-Johnson & Johnson

-Caterpillar

-Citi bank

-YouTube

-Forbes

-Hewlett Packard ( aussi fabricant de technologie militaire)

-Etc.

Il y a certaines compagnies, comme Coca Cola ou Citi Bank, dont les agissements répréhensibles sont plus connus. D’autres se soustraient aisément à l’attention du grand public. Aujourd’hui, nous allons regarder de plus près la Fondation Bill et Melinda Gates et Product Red, et tenter de voir si leurs activités philanthropiques entrent en conflit avec leurs activités économiques. Ça nous aidera à mieux comprendre l’esprit philanthropique des multinationales et des milliardaires.

La Fondation Bill et Melinda Gates

Ce n’est pas la première fois que j’en parle. J’en avais parlé dans l’article sur la COP21. Je me permets de le redire. La fondation Bill et Melinda Gates est l’instigatrice, avec la Fondation Rockefeller, de ce qu’on a appelé la Révolution verte en Afrique (AGRA). On a mis ça sur pied pour « aider » les paysans à travers l’Afrique à moderniser leurs techniques d’agriculture, pour qu’ils puissent « s’ouvrir » enfin au marché. En gros, dans cette révolution verte, on a simplement encouragé les paysans africains à délaisser leurs méthodes, pour les ouvrir aux fournisseurs de semences transgéniques et de pesticides, aux géants de l’agroalimentaire, aux Monsanto, Syngenta et Dupont Pioneer. Donc, on passe d’une agriculture jadis tournée vers la survie et l’autosuffisance, puis vers l’exportation selon les « bons » conseils de la Banque Mondiale et du FMI, à une agriculture tournée exclusivement vers le marché agroalimentaire mondialisé. Mais, c’est vert…

Dans un long dossier du Los Angeles Times, on apprend que la Fondation Bill et Melinda Gates investissait 218 millions de dollars dans des campagnes de vaccination et de recherche médicale à travers le monde et aussi, donc, dans le Delta du Niger, alors qu’elle investissait également 423 millions dans les compagnies pétrolières suivantes : Chevron, Eni, Royal Dutch Shell, Exxon Mobile et Total. Justement ces mêmes compagnies qui, à travers leur exploitation du pétrole dans le Delta du Niger, sont responsables de la transmission et de la prolifération de maladies contre lesquelles lutte la Fondation Gates.

« Oil workers, for example, and soldiers protecting them are a magnet for prostitution, contributing to a surge in HIV and teenage pregnancy, both targets in the Gates Foundation’s efforts to ease the ills of society, especially among the poor. Oil bore holes fill with stagnant water, which is ideal for mosquitoes that spread malaria , one of the diseases the foundation is fighting ». –LA Times, 7 janvier 2007

Voilà la philanthropie des Gates : investir dans des compagnies qui, par leur éthique environnementale plus que douteuse pour ne pas dire criminelle, entre autres, aident à la prolifération de maladies et de problèmes de santé graves. Ensuite, investir pour soigner ces gens. On gagne sur tous les tableaux : profits sur l’exploitation pétrolière, exemption fiscale à travers la philanthropie et, en plus, on conserve une belle image de bienfaiteur, ce qui permet à Bill de sourire niaisement avec son T-shirt « Hug Me. I save lives ».

Product Red

La patente à gosses de Bono. En partenariat avec de grandes entreprises qui reversent une partie des profits, émanant de la vente de produits conçus spécialement, à Global Fund. Parmi les entreprises qui ont contribué, on retrouve les Apple, Microsoft, Windows, Dell, Gap, Nike, Starbucks, etc.

« Chaque achat (RED) est un pas de plus vers un monde sans SIDA.

Quand vous achetez un produit estampillé (PRODUCT)RED, vous soutenez la lutte pour une génération sans SIDA. À ce jour, plus de 320 millions de dollars ont été reversés au Fonds mondial pour informer et soigner ceux qui en ont le plus besoin, dont plus de 100 millions générés par Apple.» –Apple, Product Red

Informer et soigner ceux et celles qui en ont le plus besoin? Comme les hommes, femmes et enfants qui vivent pratiquement sous terre, dans les mines, à la recherche des matières premières qui servent à construire ces appareils Apple, et cie., dans des conditions de travail abominables et pour un salaire famélique? Ou comme les hommes, femmes et enfants qui suent sang et eau dans les sweatshops du Pakistan ou du Bangladesh, qui vivent sous la menace constante de se mutiler et de tout perdre et qui travaillent dans des conditions semblables à leurs homologues des mines? Une philanthropie de pompier-pyromane qui ressemble pas mal à celle de Bill et Melinda.

Le slogan de RED? « Buy (RED) Save Lives ». C’est ça, va chier.

En plus Bono peut doublement aller chier; lui qui utilise le même genre de stratégie d’évasion fiscale que des compagnies qu’il critique comme Exxon Mobile.

Justin Trudeau

À lire le portrait qu’en fait Global Citizen, il serait la réincarnation de Jésus, mais en plus progressiste.

« Il est impossible de mentionner les Canadiens champions de la citoyenneté du monde sans inclure le Chef d’État. Le Premier Ministre Justin Trudeau a attiré tous les regards vers le Canada lorsqu’il a remporté la candidature à la fin de l’année dernière.

Depuis, Trudeau a redoublé d’effort pour améliorer l’influence positive globale du pays en donnant l’exemple. Il a favorisé la croissance du Canada et a mis en place des politiques pour s’écarter de la dépendance aux énergies fossiles. Il s’est même engagé à faire du Canada un exemple mondial de développement durable. Son initiative ”Smart Prosperity” débutée en mars de cette année confirme cet engagement.

Sur un autre front, le parti de Trudeau s’est engagé à hauteur de plus de 8 milliards de dollars répartis sur les cinq prochaines années pour améliorer l’éducation, le bien-être social et économique des peuples autochtones du Canada. Il reconnaît les difficultés rencontrées par ce groupe et agit de manière concrète pour une solution durable.

Une autre action de Trudeau qui illustre encore mieux sa volonté de faire du Canada un acteur majeur de la lutte contre la misère dans le monde, c’est sa contribution au Fonds Mondial. Il a promis 785 millions de dollars pour les trois prochaines années afin d’aider la lutte de l’organisation contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Le Premier ministre Trudeau est un véritable citoyen du monde, acteur du changement positif à l’échelle mondiale.

Merci au Canada, et à tous les Canadiens, qui agissent chaque jour en tant que citoyens du monde ».

Émouvant n’est-ce pas? Sinon, sur Trudeau, certaines analyses intéressantes ont été produites ces dernières semaines qui ternissent son auréole. Merci et que la bêtise de Trudeau vous inonde.

N’importe qui, sauf Harper? « Quossa a » donné? Par Robin Philpot

5 ways « Feminist » Justin Trudeau Talks Left, Governs Right. Par Urooba Jamal

Justin Trudeau is not your friend. Par Jordy Cummings.

Jules Falardeau

PS : Si le sujet vous intéresse, restez attentif, je prépare un long dossier sur la philanthropie d’un autre milliardaire. Une belle histoire avant d’aller dormir.


Jules Falardeau
À propos de