La charte : ce qu’elle est et ce qu’elle devrait être

Tout d’abord, plutôt que de présenter une charte de la laïcité (concept républicain des plus progressistes, comme tu le mentionnes), le PQ a présenté une charte des « valeurs ». Tu dis que la charte est mal nommée. Je ne le pense pas… Le PQ ne voulait pas d’une charte de la laïcité et ça n’en est pas une.

Selon moi, le PQ a délibérément choisi ce vocable dans une optique électoraliste pour permettre des privilèges aux catholiques sous couvert de patrimoine (crucifix à l’Assemblée nationale et dans d’autres institutions, prières aux conseils de ville et que sais-je encore) et pour permettre à plusieurs institutions et aux élus de déroger à la charte selon leurs « valeurs »… Mais quel bordel!

Personnellement, le crucifix à l’Assemblée ou ailleurs ne me donne pas des boutons, mais quand on s’embarque dans un processus de laïcité… Accorder des privilèges à une confession risquait évidemment de mettre le feu aux poudres. Bien là, il est pris. Et les dérogations… J’y reviendrai.

Aussi, j’imagine que c’est sous prétexte de patrimoine que le PQ refuse de s’attaquer aux symboles anglicans de nos institutions. Et ça, ce n’est pas banal. Pour moi, en tout cas, c’est le boutte du boutte. Pour un gouvernement supposément souverainiste, les premiers symboles qui devraient lever le camp sont bien les symboles de la monarchie britannique! Mais ah!, le patrimoine… Et la peur. La peur du véritable ennemi. Tu ne peux pas être d’accord avec ça, René.

On se retrouve donc avec une charte qui crée un sentiment d’injustice chez nos compatriotes qui ne sont pas de confession chrétienne. Comment leur donner tort? Des privilèges sont bel et bien accordés, sous prétexte de patrimoine ou de ce qu’on voudra. Ça ne tient pas la route.

Ensuite, comme s’ils pensaient régler ce problème en créant une autre injustice, les péquistes permettront à plusieurs institutions de déroger à la charte… Hier, au lancement du livre de Pierre, un militant en a d’ailleurs sorti une bien bonne : « Parti comme c’est là, c’est bien juste à Gaspé pis à Baie-Comeau que le voile islamique et le kirpan vont être interdits! ». En tout cas, à Montréal, ça va déroger mur à mur… C’est la laïcité républicaine, ça? C’est une pseudo laïcité à géométrie (et à géographie!) variable purement grattonienne.

Enfin, autre compromis stupide du PQ : le port de signes religieux sera permis pour les fonctionnaires s’ils ne sont pas « ostentatoires ». Un pouce, un pouce et demi le crucifix? Une étoile de David en boucles d’oreille, ok… Mais en médaillon, quelle grosseur? Un pouce et trois huitième? Plus? Moins? Allez, on sort le gallon à mesurer! Je doute que tu sois d’accord avec ça, René… Quant aux élus, autre exception pour eux : ils pourront porter des signes ostentatoires. Ce n’est pas une politique de laïcité, c’est du bricolage.

Il urge donc que le PQ fasse marche arrière, admette ses erreurs et propose une vraie charte de la laïcité républicaine. Pas de dérogation : une même justice pour tous. Pas de privilège aux chrétiens. Les symboles catholiques et anglicans aux murs de nos institutions : au musée.  Pour les signes religieux : on les permet ou on ne les permet pas. Une même justice pour tous, dis-je. Pour moi, ils ne devraient pas être permis si l’on parle de la laïcité républicaine et non du multiculturalisme canadien.

Si le PQ fait cela, il pourra rallier beaucoup de monde à la charte. Seuls ceux qui sont en faveur du multiculturalisme canadien et/ou qui sont d’un intégrisme religieux qui n’a pas sa place dans le service de l’État continueront de s’y opposer.  Ce qui fait quand même beaucoup de gens, mais au moins les divisions fratricides entre indépendantistes devraient diminuer grandement.  Et plutôt que de créer des institutions ghettoïsées avec ses foutus dérogations, le PQ pourra plutôt favoriser l’intégration de tous à la société québécoise avec des institutions fonctionnant, en toute justice, selon les mêmes règles.

Ça, c’est pour sauver les meubles du bordel actuel. Or je persiste à penser que ce bordel n’était pas nécessaire pour relancer le combat québécois et qu’il s’agit plutôt d’électoralisme pur et simple. René, tu as entendu Pauline dire au Devoir qu’elle veut que sa charte respecte la Constitution canadienne? Une belle charte provinciale qui sera charcutée par la Cour suprême, ça va donner quoi? Il n’y en aura pas de choc avec Ottawa, René, le PQ n’en veut pas. Il veut se faire réélire. Point.

Abolir le poste de lieutenant-gouverneur par exemple…

Amicalement,

Pierre-Luc Bégin

P.S. : La préface de mon ami Jules Falardeau au livre posthume de son père Pierre (Résistance, VLB éditeur) est vraiment juste et touchante. Quant aux textes de Pierre, excellents, évidemment. Merci de nous avoir tant défendus, Falardeau.