Mardi, 19 août 2014 | 
Écrit par Jules Falardeau   

Voilà, une pause de trois mois d'écriture. Pour ceux et celles qui ne le savaient pas, j'étais parti faire un projet de volontariat à Sucre, en Bolivie. On devait enseigner le cinéma et la vidéo à des jeunes Boliviens et Boliviennes pour qu'ils puissent éventuellement s'approprier ces outils et faire entendre leur voix. Oui, j'ai enseigné, mais en fait j'ai beaucoup appris moi-même en côtoyant mes étudiants, qui sont presque tous impliqués au niveau social ou politique. Donc, il y a de grandes chances que, dans mes prochaines chroniques, je partage mes apprentissages sur la Bolivie, sa situation politique ou différentes observations faites durant ce voyage.

 
Tribune Libre
Vendredi, 15 août 2014 | 
Écrit par Benoit Marceau   

En ces temps troublés, il arrive que les faits ne collent pas toujours aux commentaires que nous en entendons dans notre entourage. Ce qui génère cette vision fautive provient généralement du commentaire journalistique relayant ce que l’on appelait « propagande » et que les autorités préfèrent maintenant qualifier pudiquement de « relations publiques ». Enfin, peu importe le nom qu’on lui donne, il n’en reste pas moins que ce colportage d’excuses, ayant pour objet de rendre acceptables des actions qui ne mériteraient que d’être condamnées, est repris en masse et contamine l’esprit trop peu critique de nos compatriotes.

 
Chroniques de Pierre-Luc Bégin
Lundi, 28 juillet 2014 | 
Écrit par Pierre-Luc Bégin   

Dans une entrevue publiée samedi dernier, l’ancien ministre péquiste Réjean Hébert déclare que le PQ doit revenir à ses racines progressistes et qu’un parti de coalition gauche-droite ne l’intéresse pas, l’indépendance n’étant pour lui qu’un moyen d’accomplir un projet de société social-démocrate. Cette déclaration ramène une question essentielle sur la raison d’être du PQ. Ce parti existe-t-il pour faire l’indépendance ou pour gouverner une province?

 
Jeudi, 24 juillet 2014 | 
Écrit par Bernard Desgagné   

Dimanche, à Radio-Canada, dans un reportage qui relève davantage de la propagande de guerre que du journalisme, Jean-François Bélanger nous annonçait que le lieu de l’écrasement du vol MH 17 de la Malaysia Airlines était «la plus grande scène de crime au monde, gardée par les principaux suspects». Aux yeux de M. Bélanger et ses patrons, les principaux suspects sont les «séparatistes prorusses». Pourquoi? Parce que Barack Obama et ses amis du gouvernement de Kiev le disent. Pas besoin d’enquête; l’affaire était déjà réglée le lendemain de l’écrasement. 

 
Chroniques de Pierre-Luc Bégin
Jeudi, 19 juin 2014 | 
Écrit par Pierre-Luc Bégin   

« Il faut systématiquement faire les connexions qui s’imposent. [...] Parce qu’on ne doit pas savoir le millième de leurs saloperies! On ne peut donc pas capitaliser là-dessus et démonter ça… Il faut les faire les organigrammes! On attend quoi? Que les journalistes de La Presse s’en occupent? »
- Pierre Falardeau (extrait de Québec libre!)

L’idée de ce texte me vient de mon ami Jean-Pierre Durand. Récemment, il a partagé sur les réseaux sociaux une chronique anti-Mario Beaulieu de la journaleuse Chantal Hébert en soulignant que cette dernière est impliquée dans la Fondation Pierre Elliott Trudeau. Spontanément, je n’ai pas cru mon ami Durand. Elle doit au moins se garder une petite gêne, la Hébert, que je me disais... Eh bien, non. Honte à moi. Vérification faite, Jean-Pierre avait raison. Et cela m’a permis de fouiller un peu l’organigramme de la belle fondation à la gloire de Trudeau père...