Fusion QS-ON : une avancée majeure

Quoi penser de l’entente entre Québec solidaire et Option nationale? J’ai toujours été TRÈS critique de l’indépendantisme de QS. Jusqu’à récemment, QS se montrait plus que tiède sur la question nationale et ne semblait pas en faire une priorité. Or l’entente annonce un changement de cap majeur : le QS nouveau aura comme objectif prioritaire de faire l’indépendance dans un premier mandat, avec ce que ça implique de moyens, de promotion, etc. Comment ne pas appuyer cette réorientation fondamentale et nécessaire pour l’avenir du mouvement indépendantiste?

En effet, qu’est-ce qu’il faudrait de plus? Le fait est que Québec solidaire se dotera selon cette entente du programme indépendantiste le plus clair et le plus assumé depuis au moins le PQ de 1973, si ce n’est depuis le RIN. Un engagement ferme. Avec les moyens de le tenir. Il faut être vraiment de mauvaise foi pour ne pas voir cela. Mais QS avalera ainsi ON? Non… Oui… Peut-être… En tout cas, ON formera un collectif avec des moyens importants dans le nouveau QS. Surtout, personnellement, la partisannerie, je n’en ai rien à foutre.

Soyons clairs, ne comptez pas sur moi pour défendre le passé de QS caractérisé par sa mollesse sur la question nationale. Non. Mais je suis là pour regarder vers l’avenir. À l’évidence, l’avenir du mouvement indépendantiste est dans l’union et la convergence. L’exemple catalan, entre autres, nous fournit cet enseignement. La fusion QS-ON est une étape importante en ce sens. Si elle devait échouer, cela plongerait davantage le mouvement dans la désunion et la partisannerie stérile. Cela nous éloignerait de la nécessaire convergence des forces indépendantistes, donc de notre objectif d’unir tous ceux qui veulent d’un Québec libre et indépendant. On ne peut pas souhaiter cela.

J’appuie donc l’entente de fusion entre QS et ON. Ainsi, nous aurons désormais au Québec un parti de gauche très assumée et clairement indépendantiste (QS-ON) et un parti de centre, centre-gauche, indépendantiste… dans un second mandat (PQ). Il y a une distance entre les deux, c’est évident. Trop grande pour imaginer des formes de convergence, de coalition, après 2018? Pas du tout! Il apparait de façon assez limpide que nos deux partis indépendantistes auront tous les deux intérêt à se rapprocher après la prochaine joute électorale. Le nouveau QS et le PQ post-2018 devront le comprendre. Et avec de la bonne foi de chaque côté, oui… ça devient possible.

L’entente entre QS et ON est donc clairement pour moi un pas important vers la convergence des indépendantistes, ce qui veut dire un pas important vers l’indépendance. Sans union, sans convergence à tout le moins, la république du Québec ne pourra jamais advenir. C’est clair. Il faudra que QS et le PQ cessent de se traiter en ennemis, dussent-ils être des adversaires dans la joute électorale de 2018. Il faut dès maintenant préparer la convergence post-2018. Cette convergence sera la clé de la lutte d’indépendance désormais. Ce n’est qu’unis que nous pourrons vaincre. J’y crois fermement. J’appuie l’entente. Pour l’indépendance.

Pierre-Luc Bégin

Posted in à la une, chroniques politique québécoise, Journal Le Québécois and tagged , , , .

13 Comments

  1. Monsieur Bégin, Qsest aussi Souverainiste je moi je suis un extra-terrestre et la fusion n’y changera rien. Et le PQ n’est pas ce que vous dites car je milite au PQ depuis sa fondation et avant j’ètais au RIN alors je sais de quoi je parle…. Le PQ est stratègique c tout. Vous devriez lâcher le pot ça ne vous convient pas.

  2. Monsieur Bégin vous oubliez une constatation importante. QS est un parti socialiste, c’est donc comprendre qu’il y a partisanerie comment faire autrement. Ce que j’en comprends, c’est QS va prioriser la démarche indépendantiste mais tout en l’insérant dans son programme politique. Mettre la démarche indépendantiste dans un programme politique, c’est exclure ceux qui ne partagent pas cette conviction d’idéologie socialiste. ON a programme très à gauche, mais c’est le discours indépendantiste qui était priorisé. Pas l’inverse. Nous verrons bien comment va se comporter QS avec cette nouvelle vision d’avenir pour les Québécois.

    • Vous êtes indépendantiste ou néo-libéral ? Car à te lire, ta lutte contre le socialisme semble prioritaire.

      • Je ne répond pas à un nom fictif. Si vous avez peur de vous afficher, vous ne méritez pas de réponse.

  3. Très bon texte de Pierre-Luc Bégin. J’ai cependant quelques doutes, surtout ceux concernant le rôle occulte des fédéralistes de QS. Plusieurs ont joué un rôle de premier plan pour faire échouer toute tentative de rapprochement avec le PQ. Vont-ils se laisser faire ?

  4. Je suis d’accord avec M.Begin., sauf qu’il ne parle pas de certains détails comme rayer le terme inclusif du programme de Q.S.qui a une connotation anti ismalamophobe .Il faudrait tout simplement le remplacer par « rassembleur  » Il reste aussi la question soulevée par Denis Monnière sur la question du référendum qu’il faut absolument expliciter avant la présentation de l’entente le 2 dėcembre.Sol doit absolument s’expliquer avec la Commission du parti,dont fait partie D.Monnière.

    • Vous êtes indépendantiste ou islamophobe ? Car à te lire, ta lutte contre l’islam radical semble prioritaire.

  5. Je ne suis pas sûr que l’indépendance soit le véritable objectif de cette fusion. Elle sert surtout à QS pour crédibiliser sa position indépendantiste, que plusieurs mettaient en doute. Manifestement, cela fonctionne à merveille avec vous, M. Bégin.

    Sur le radar de QS, on aperçoit bien plus clairement l’élection de 2018, qu’autre chose. Or, pour croître, où QS pourra-t-il se trouver de nouveaux appuis/votes? CAQ et PLQ sont hors de portée parce que trop à droite. Sur l’axe gauche-droite, le PQ est plus proche de QS, et est donc à portée de tirs pour QS. Toutefois, il leur fallait crédibiliser leur position indépendantiste pour attirer cette clientèle. Donc, cette fusion QS-ON arrive à point nommé.

    Maintenant, vont-il prioriser la promotion de l’indépendance? Selon GND, pas du tout. Pour lui, le programme de QS est une soupe composée d’indépendantisme, de socialisme, de multiculturalisme, de féminisme, etc… de laquelle aucun ingrédient ne peut être plus prioritaire, ou moins prioritaire, qu’un autre. La promotion d’un ingrédient relève uniquement d’initiatives de collectifs pour lequel c’est leur dada. Donc, la promotion de l’indépendance relèvera du collectif ON, et se financera à même leurs fonds propres. QS n’y contribuera pas de ses propres fonds. Après l’élection de 2018, ben on verra…

    Aucun besoin de prioriser l’indépendance pour QS, parce que selon leur doctrine, cela n’est pas essentiel pour l’atteinte de leurs autre objectifs. Finalement, ce n’est qu’un ingrédient qu’ils ajoutent à leur soupe pour la rendre un peu plus attrayante à une certaine clientèle

    Au final, QS se donne une crédibilité indépendantiste, avec en prime de nouveaux adeptes du multiculturalisme. Ce qui veut dire qu’il faudra appuyer Trudeau et Couillard dans des initiatives telles que la Commission sur la Racisme Systémique.

    Non merci!

    • Vous êtes indépendantiste ou ethnocentriste ? Car à te lire, ta lutte contre le multiculturalisme semble prioritaire.

  6. Comme bien du monde, j’avais de très sérieux doute sur la conviction indépendantiste de QS. Bien sûr, leur Conseil National s’en réclame, mais qu’en est-il de leurs membres. Je me réjouissait donc qu’on puisse enfin avoir l’heure juste. En votant sur ce projet d’entente, on saura enfin si c’est 50%, 60% ou 80% des membres de QS qui appuient l’indépendance.

    Mon enthousiasme s’est vite refroidi quand j’ai appris que les membres ne seraient pas appeler à voter sur cette entente. Seuls les délégués des 125 associations de circonscription auront ce privilège. Considérant le tordage de bras qui aura nécessairement lieu, il fait peu de doute que cette entente soit entérinée facilement par QS.

  7. @Chevalier de Lys:
    Vous vous amusez à inverser les rôles mon cher Chevalier. Ce n’est pas que le socialisme, l’islam radical , ou le multiculturalisme soit prioritaire. Ce qu’on veut, c’est que l’indépendance soit prioritaire. Une fois que l’on aura cela, on aura enfin les outils pour résoudre les autres enjeux.

    Or, pour QS, l’indépendance n’est pas plus prioritaire que le féminisme. Donc, au nom du socialisme, ils peuvent se permettre de mettre l’indépendance de côté. C’est exactement ce qu’ils ont fait lors de la dernière élection fédérale, quand ils ont appuyé le NPD.

  8. Si cette entente avec ON est acceptable, dites-moi alors pourquoi celle avec OUI-Québec ne l’était pas. QS semble avoir une indépendance à géométrie variable.

Comments are closed.