Charlie Hebdo et l’hystérie collective