Ça va faire mal

 

Depuis quelques jours, nous assistons à un navrant concours de démagogie entre plusieurs militants de QS et du PQ. Les accusations les plus loufoques fusent de part et d’autre. Désolant spectacle. Et qui risque d’en profiter? Les libéraux et la CAQ, évidemment. Puis qui en pâtira? Le PQ et QS? Électoralement et à court terme, oui, bien sûr. Mais surtout, c’est le mouvement indépendantiste qui creuse des plaies qui feront mal longtemps et qui seront difficiles à refermer. Parce que pour faire l’indépendance, il faudra tôt ou tard une convergence entre péquistes et solidaires. Et bien au-delà de ces partis, d’ailleurs. Vaste programme.

Tout d’abord, que Québec solidaire ait refusé de même discuter d’ententes électorales avec le Parti Québécois, c’est un choix légitime. D’après moi, c’est autant une erreur stratégique pour QS qu’un recul pour le mouvement indépendantiste, mais bon, les militants de Québec solidaire avaient tout à fait le droit de dire non. Sauf que… il y a la manière. Et c’est là que QS ne s’est pas grandi, au contraire. Ce n’était pas chic. La séance de défoulement et de hargne envers le PQ qui tint lieu de débat lors du congrès de QS témoigne au mieux d’une méconnaissance du PQ, au pire d’une mauvaise fois crasse. Quant à ce qui se dit sur les réseaux sociaux, ça fait dur. De part et d’autre. Puis QS qui cache à ses militants qu’une feuille de route commune vers l’indépendance a été signée avec le PQ, le Bloc et ON… Ça fait pas dur, ça fait TRÈS dur.

Mettons les choses au clair. Oui, selon moi, le PQ a erré avec la charte des « valeurs ». Pas en voulant instaurer une laïcité républicaine au Québec, ce qui est au contraire tout à fait progressiste, mais en y allant d’une charte de la catho-laïcité multipliant les exceptions et les arbitraires. Il y avait là un certain glissement vers un nationalisme conservateur que je dénonce, et surtout une façon de glisser la question de l’indépendance sous le tapis. C’est ce qui arrive quand on patente à la va-vite des politiques provinciales électoralistes plutôt que de mener avec constance et clarté une lutte de libération nationale. Mais se servir de cet épisode pour qualifier le Parti Québécois de parti xénophobe, voire raciste… Franchement, c’est du délire!

Qu’on me comprenne bien, je ne suis plus au PQ depuis plusieurs années déjà et la charte des valeurs n’a rien fait pour m’inciter à y retourner. Mais j’ai connu et je connais encore des dizaines et des dizaines de péquistes qui ne méritent pas de telles insultes, les pires insultes qui soient en fait. En réalité, l’immense majorité des péquistes sont ouverts sur le monde, accueillants envers les nouveaux arrivants, respectueux des convictions religieuses personnelles de chacun, etc. Et l’histoire du PQ depuis sa fondation va dans ce sens. Bref, les accusations de racisme envers le PQ en disent plus sur ceux qui les portent que sur le PQ.

Maintenant, l’accusation à l’effet que le PQ serait un parti salement capitaliste et néolibéral. Soyons sérieux. Le PQ a-t-il toujours rempli ses promesses quant à la justice sociale, à la souveraineté populaire ou au partage de la richesse? Clairement, non. Et je suis le premier à le dénoncer. A-t-il même trahi ses militants et ses électeurs avec des promesses brisées de mesures progressistes qui se heurtent au mur du déficit zéro? Bien sûr. Mais les faits sont aussi que le PQ est un parti au programme de centre-gauche qui, une fois au pouvoir, gouverne généralement au centre et met en place tantôt des mesures progressistes très importantes, qu’il faut saluer, tantôt des politiques libérales pour rassurer le big business, qu’il faut dénoncer.  Bref, le PQ ne respecte pas tout son programme ni toutes ses promesses progressistes, mais ce n’est pas le Parti libéral non plus! Et aussi, il faudrait faire la différence entre les militants péquistes et les dirigeants. Si les dirigeants ont souvent erré vers la droite, la majorité des militants sont franchement à gauche. Issus de la classe moyenne, des milieux populaires, du monde ouvrier. Alors lancer des accusations de suppôts du capitalisme envers les péquistes, on se calme svp!

De l’autre côté, les réactions de certains péquistes, sur les réseaux sociaux et ailleurs, à la décision de QS sont aussi scandaleuses. Certains péquistes font vraiment honte au PQ. Non, Québec solidaire n’est pas une création d’Ottawa. C’est un parti indépendantiste, pas beaucoup plus mou que le PQ actuel sur la question nationale, d’ailleurs. Et non, Québec solidaire n’est pas communiste et ne transformerait pas le Québec en Corée du Nord, on respire par le nez svp. Puis non, la laïcité molle de QS et ses tentations multiculturalistes, certes hautement critiquables, n’en font pas un parti islamiste… Franchement! Chers péquistes, cela fait des décennies que vous recevez à la gueule les épithètes mensongères des fédéralistes, pourriez-vous, de grâce, avoir un peu de mesure dans vos critiques envers QS?

Bon, alors que trop de monde, du PQ et de QS, a fait sa part à ce concours de démagogie, peut-on maintenant réfléchir à la suite des choses froidement? Revenir un peu sur Terre et analyser ce qui se dessine pour les prochaines élections? Parce qu’il y a aussi beaucoup de délire dans les analyses de certains quant aux élections de 2018. D’un côté, chez QS, certains pensent former l’opposition officielle, en attente du pouvoir en 2022, voire le prochain gouvernement dès 2018. Euh… Même si tout est toujours possible en politique, on est pas loin du délire ici… Si QS fait élire un seul député hors de l’île de Montréal, ce sera une immense surprise.

De l’autre bord, au PQ, certains croient pouvoir former un gouvernement, même majoritaire!, sans convergence indépendantiste. Ici aussi, on vit dans le déni. Oui, tout est toujours possible, je le répète, mais sans l’objectif de la souveraineté, désormais remisé sous Lisée pour plusieurs années, beaucoup d’électeurs voient et continueront de voir dans la CAQ la solution de rechange aux libéraux. Et les libéraux ont un grand pourcentage d’électeurs qui leur sont acquis dans les circonscriptions que l’on sait. Ce sera une surprise si le PQ réussit à se maintenir comme opposition officielle.

Il faudra donc que le PQ et QS se plantent encore une fois. C’est triste, mais c’est ça. C’est peut-être même la meilleure chose qui pourra arriver au mouvement indépendantiste pour l’avenir de la lutte de libération nationale. Le PQ et QS verront sans doute alors la nécessité de converger pour 1- prendre le pouvoir et 2- faire l’indépendance. Quant à Option nationale, je compte sur ce parti pour s’allier à QS que si, et seulement si, Québec solidaire modifie son programme pour s’engager à faire l’indépendance dans un premier mandat. De toute façon, il y a une incohérence fondamentale chez QS à corriger : les trois-quarts de son programme sont irréalisables sans l’indépendance… Mais je doute que QS satisfasse à cette nécessité pour 2018.

Ceci dit, j’espère ne pas trop poser en donneur de leçons avec mes analyses qui valent bien d’autres. Je suis seulement un militant indépendantiste de gauche qui a fait de la lutte de libération nationale le cœur de sa vie depuis une vingtaine d’années. Comme beaucoup d’autres. Au PQ, à QS et à ON. Mais en plus de vingt ans, j’ai vu trop de luttes fratricides pour ne pas souhaiter qu’elles ne cessent. Je voudrais donc finir en disant à tous les militants indépendantistes de bonne foi, chez QS, au PQ, à ON, qu’ils sont mes frères, mes sœurs. Et que j’ai hâte au jour où nous botterons le cul d’Ottawa, de Bay Street et de Power Corporation.

Comprenez-moi bien : j’aime profondément les indépendantistes. De QS, du PQ, d’ON, du Bloc. J’aime profondément mon peuple et son caractère aussi imprévisible que bouillant. Et brouillon, aussi, parfois. Mais, comme dirait l’autre, si tu veux te battre avec moi pour faire du Québec un pays libre, t’es mon frère, ma sœur. Et si tu mets des conditions à l’indépendance, à la liberté, t’es un trou du cul. Peu importe ton parti ou quoi que ce soit.

Oui, j’aime l’émotivité des militants, l’émotivité des Québécois. Leur puissant sentiment d’insoumission. Et quand il se retournera contre nos ennemis, « ça va faire mal », j’en suis sûr. J’ai hâte. Oh, oui, ostie que j’ai hâte.

Pierre-Luc Bégin

Posted in chroniques politique québécoise, Journal Le Québécois and tagged , , , , .

12 Comments

  1. « Parce que pour faire l’indépendance, il faudra tôt ou tard une convergence entre péquistes et solidaires. » Pas capable de continuer à lire cette « chronique politique » minable. L’indépendance c’est au peuple de la faire et pour le moment, le peuple veut autre chose!

  2. On dirait un texte écrit par un péquiste qui cherche encore à atténuer les effets négatif de la charte des valeurs.

    • PL Bégin a écrit un des meilleurs billets qu’il m’a été possible de lire depuis une semaine sur le sujet de l’alliance QS PQ qui a tristement été rejetée. Votre commentaire est complètement à côté de la coche tant qu’à moi

  3. Salut Pierre-Luc

    QS aurait beau jeu de s’engager à fair l’indépendance dans un premier mandat. Sans le PQ, il n’a aucune chance d’être élu. Une telle position de leur part n’engage à rien sans convergence. Il pourraient tout aussi bien s’engager à mettre partout des fontaines de fondants au chocolat.

    J’aimerais pas du tout voir ON se faire avaler par ce parti qui a une attitude, on ne peut plus méprisante face à lui d’ailleurs

  4. Seule une charte de la laïcité peut permettre l’égalité de tous les Québécois, le respect des droits de tous, que le Québec soit indépendant ou pas.

  5. Quelle étrange contradiction que de parler de gauche sans arrêt pour ensuite conclure en disant qu’on ne doit mettre aucune condition à l’indépendance…
    «Il y avait là un certain glissement vers un nationalisme conservateur que je dénonce.»
    «Le PQ a-t-il toujours rempli ses promesses quant à la justice sociale, à la souveraineté populaire ou au partage de la richesse? Clairement, non. Et je suis le premier à le dénoncer.»
    «Et si tu mets des conditions à l’indépendance, à la liberté, t’es un trou du cul. Peu importe ton parti ou quoi que ce soit.»

    • Je suis de gauche, donc je dénonce les errements à droite du PQ. Mais l’indépendance n’est pas pour moi conditionnelle à un projet de société de gauche. L’accession à l’indépendance est nécessaire en soi. J’espère que ça clarifie. Merci de votre commentaire.

  6. QS n’est pas un parti islamiste, c’est un parti islamique, ce qui est bien plus culturellement représentatif de ces circonscriptions cloisonnées de Montréal. Vous avez vu l’accueil reçu par le PI dans cette circonscription abandonnée du PQ? Des « hommes en noir » y font la loi «électorale», envers et contre les autres lois du Québec.

  7. je suis de droite. et je crois que QS est un parti politique infiltré qui a perdu son idéologie du départ qui demeure pourtant elle, encore écrite dans sa charte. sa trop forte propension a l’inclusivité (concept inutile au Québec et au Canada aussi) n’augure rien de bon et rien de plus que d’obtenir 2 ou 3 sièges à l’assemblée nationale car ce concept va bloquer ses lancées !

  8. Vos affirmations concernant QS sont à confirmer ou à démontrer clairement.
    N’est-il pas vrai que QS a été fondé à partir de 4 groupes ou mouvements politiques ?
    Que c’était trois groupes communistes, marxistes et/ou léninistes plus le groupe de féministe de Françoise David. Et il faudrait te croire et penser que ces groupe se sont dilués au point de ne plus prioriser la doctrine et l’idéologie de la GAUCHE Communiste ? Est-Ce que leur voile rogramme ne fait pas une large place à des positions de gauche, sinon d’extrême-gauche sur l’échicier québécois ?

    D’autre part pour affirmer que QS est indépendantiste il faut être aveugle !
    L’indépendance est loin d’être le premier article du Programme de QS !
    QS attaque davantage le PQ (indépendantiste) que le PLQ (fédéraliste).
    Khadir à déjà laissé entendre en anglais, qu’il voyait très bien un Québec autonome dans un Canada uni et renouvelé !
    Aux deux dernières élections fédérales, en 2011 et en 2015, QS a refusé de donner son appui officiel au Bloc seul parti indépendantiste à Ottawa, préférant appuyer le NPD un parti FÉDÉRALISTE centralisateur dirigé par Mulcair un ex-libéral qui se vantait d’avoir combattu la Loi 101 pour Alliance Québec et d’avoir combattu avec acharnement le OUI en 80 et en 95
    Sans oublier que Mulcair était favorable au pipeline et au niqab ?!?!!
    Alors QS indépendantiste ! Permettez-moi d’en douter !

  9. Dans Gouin faudrait pas que ON et QS divisent le vote et fassent entrer le PLQ Mais qu’est-ce que ça changerait? Rien. Le rapport de force c’est 2018. Je suis dans SMSJ et je ne voterai pas pour Manon. Elle ne le mérite pas. Le PQ se fait chicaner depuis des années et c’est en partie pour ça qu’il change – vraiment pour le mieux. On serait fou de s’en passer. Hey toé chose – Énergie Est juste ça – c’est un méchant gros morceau. L’enfer = PLQ = Énergie Est = CAQ. _Le con-texte_ Est parfait. Le PQ évolue. Plamondon a vu juste et avec son coeur et pour le bien commun et pour le pays -il l’a vu tout le potentiel au PQ pour changer les choses. Se sortir du bourbier pathétique rouge sang. Si Lisée réussit vraiment à passer le message (son super programme – lisez-le!) un PQ majoritaire est envisageable. Notre best bet c’est d’investir le PQ – 2022 le cap sur l’indépendance. Ça suffit le gâchis!! Me semble que c’est un beau plan de match. Hey ON come on 4 fucking années (importantes!) ce n’est pas mieux que le PLQ ou la CAQ (misère faut ajouter ça astheure!) avec 4 années d’enfer???? Té pas tanné????? Ça se prépare un pays. Tout est là – le PQ aussi. On devrait changer le nom du PQ tiens. Marquer au fer rouge la cassure. Ça aussi ça ferait du bien. Ça éliminerait peut-être les « péquisteries » les « péquismes » et cie. « Je suis péquiste ». Ce n’est pas normal toute cette charge négative sur le mot « péquiste ». Vous avez peut-être tué le nom ,mais pas le parti. On change d’air Mettre au monde un pays c’est dur mais ça se fait dans l’amour. Hey! On change-tu de toune? Si j’étais dans Gouin je voterais ON avec plaisir. QS GND Massé et leur « Politburo » méritent une bonne tape sur les fesses. Quand on laisse passer – ça ne change pas après. On le sait avec le PLQ. Temps de gouter à sa médecine! ON doit investir le PQ pas QS!! Le retour de Aussant au PQ me semble tout à coup envisageable. (Je ne connais pas sa relation avec Lisée). Je sais une chose le chemin des victoires ça se prend avec le sourire. Un pays moi j’ai l’goût. Québec sort de ta tête! Avez-vous remarqué chez QS ils disent « Je vote avec ma tête » Non! Je vote avec mon coeur avec amour pour le Québec. Le coeur est plus important que tout et j’ai espoir que les Québécois vont sentir le coeur de Lisée parce que moi je le sens tout comme celui de Véronique Hivon! Un pays, ça se fait avec le coeur pas la tête. Pis… Gabriel Nadeau-Dubois tu le dis toi-même qu’il n’y a rien là avec le voile ben c’est ça y’a rien là et vive la laïcité et vive Jean-Luc Mélenchon ! Et vive le Québec Libre!!!!!!!

Comments are closed.