Blocage politique

Le vice-président exécutif du sondeur Léger révélait récemment que le « ciment n’est [peut-être] pas encore durci dans l’électorat […], mais on sent que l’échiquier politique qui se dessine depuis quelques mois semble se stabiliser ». Il est effectivement acquis que les sondages préélectoraux dégagent une certaine tendance et que celle-ci donnerait entre 35 et 38 % à la Coalition avenir Québec (CAQ) et un peu moins de 30% au Parti libéral. Le Parti Québécois (PQ), quant à lui, maintiendrait sa lente descente sous son seuil historique (moins de 20%). Québec solitaire (QS) maintiendrait à l’inverse sa lente montée, au point de vue de ses potentiel(le)s député(e)s, tout en stagnant plus ou moins au-dessus de 10% au niveau national.

Quoique ce tableau dressé par les sondages illustre probablement un désir de changement politique tout à fait réel de la part de l’électorat québécois (surtout francophone), il reste que ce potentiel « changement » ne risque pas de brusquer nos habitudes… Enfin, si nous nous référons au programme de la CAQ et aux personnalités qui se présentent sous l’étiquette de « l’équipe du changement ». En réalité, rien n’est moins neuf que la communication de la CAQ, qui utilise la vieille tactique du changement d’image pour prendre la place bien confortable du PLQ pour évidemment ne rien changer de trop significatif. Mais puisque le Québec n’est pas encore désintoxiqué du « marketing politique », comme le sont d’autres pays du monde, tout porte à croire qu’une majorité d’électeur(e)s plébisciteront le bon vieux programme néolibéral orchestré par des libéraux, s’il est effectué sous une nouvelle appellation.

Il faut dire que, malgré le réchauffé que constitue le programme de la CAQ, « l’équipe du changement » a su bien flairer l’évolution politique du Québec, car, pendant que le PQ et les libéraux en font des tonnes pour paraître progressiste, voir à gauche, la CAQ semble rester la seule option crédible pour le votant de droite. Et il est en effet assez logique qu’un parti qui cherche le pouvoir (pour le pouvoir) propose un programme de centre droit plus ou moins nationaliste, puisque c’est l’orientation générale que les sondages mesurent chez l’électorat francophone depuis bien longtemps. Le pari de la 3e voie autonomiste de Mario Dumont semble donc payer, près de 25 ans après la fondation de l’ADQ.

Évidemment, les droitards purs et durs auront le bon jeu de répondre que la CAQ n’est pas vraiment de « droite », mais l’élection potentielle de la CAQ inaugurera moins une ère de « révolution conservatrice » qu’un plan marketing réussit. Il s’agit donc d’un autre 4 ans de perdu, où les choses continueront dans la voie de la paupérisation et du tout au privé, comme c’est le cas depuis tant d’années…

Comme je l’ai déjà maintes fois rappelé, la situation politique du Québec est une situation bloquée. Elle l’est d’abord à cause du système électoral actuel qui empêche de nouvelles forces d’émerger et favorise le clientélisme. Mais elle l’est aussi grâce au blocage qu’a réussi à créer le Parti libéral autour de la question nationale[1], puisqu’une partie importante de l’électorat votera pour le PLQ, peu importe le programme et les scandales qu’il porte. Cette caricature que fait le Parti libéral de l’indépendance est depuis longtemps mise en scène, afin d’unir artificiellement le patronat, les communautés immigrantes et les impérialistes canadiens sur la base de la peur de l’indépendance du Québec. Cette peur, qui va au détriment de l’intérêt de l’électorat immigrant, le rend pourtant captif ad vitam aeternam d’un système qui ne profite qu’à une infime minorité de leurs soi-disant représentants et participera immanquablement au cynisme et aux préjugés d’une population qui souffre des mêmes maux qu’eux.

Ce repoussoir qu’est l’indépendance est constamment remis au goût du jour, au gré des stratégies de communications libérales, afin de faire passer l’ordre canadien pour progressiste ou conservateur en fonction de la situation. Néanmoins, casser du sucre sur les Québécois(es), tout en gouvernant dans une presque impunité, a fini par en agacer plus d’un. Même une partie de l’établissement mise désormais sur ce nouveau cheval qu’est la CAQ afin de maintenir le statu quo. C’est dire!

Notons également que cette politique, entretenue depuis des décennies par le Parti libéral, est en bonne partie à l’origine du malaise identitaire de la majorité francophone du Québec, qui accepte mal d’être considérée comme une majorité oppressante, alors qu’elle ne contrôle à peu près rien[2]. C’est ce malaise que manipule désormais la CAQ, afin d’obtenir le soutien de cette majorité gens qui en bavent, sans pour autant se mouiller sur la question nationale. Mais, comme une bonne partie de leur programme, l’idée de remplacer la souveraineté par le nationalisme culturel n’est pas originellement d’eux, puisqu’elle provient initialement du PQ. Cependant, comme la CAQ n’est pas un parti souverainiste, la peur évoquée plus haut ne joue pas le même rôle et, contrairement au PQ, le segment électoral qu’il convoite s’en trouve seulement agrandi par une part des péquistes désillusionnés de droite et de centre.

Il en va tout autrement pour le PQ, puisque si cette stratégie identitaire se révéla un échec comme un autre à l’époque, celle-ci prend une tout autre importance, maintenant que le PQ tente un retour à la social-démocratie. Comme chacun sait, on ne peut pas passer d’un programme identitaire à un programme social-démocrate en quelques années sans y laisser des plumes chez l’électorat de gauche. Électorat, qui, rappelons-le, est toujours plus ou moins sous l’influence des « identity politics » de nos justiciers sociaux et qui ont au moins aussi peur du nationalisme culturel de la majorité que les communautés immigrantes et les nationalistes canadiens ont peur de la souveraineté du Québec.

Loin de moi l’idée de condamner le principe d’un retour du PQ à gauche, mais je ne crois vraiment pas que l’établissement du parti ait changé au point de se réveiller socialement après plus de 20 ans de tergiversation sur la question. Et je ne parle pas que de la seule direction du parti, mais également de ses militants, puisque c’est un programme identitaire qu’ils ont plébiscité au travers de Jean-François Lisée! Pourtant, moins de deux ans plus tard, c’est un programme de gauche qui se trouve voté par les membres? Ce changement pourrait paraître inexplicable à première vue, étant donné qu’il n’y a eu aucun échec électoral ou changement de direction majeur. Cependant, un événement pourrait expliquer ce retournement de situation.

Après l’échec de la convergence souverainiste avec QS de 2017, un froid assez glacial s’est cristallisé entre les deux partis. Surtout de la part des militants péquistes, qui ont, pour sa majorité, très mal digéré le refus d’alliance et ont développé un ressentiment profond envers ce parti, considéré à tort comme un concurrent gênant.

Cette alliance, qui n’était pas vraiment à l’avantage de QS, aurait été certes la bienvenue pour la gauche et pour la cause indépendantiste, mais celle-ci arrivait de toute façon trop tard, puisque c’est en 2012 qu’elle devait se faire. C’est-à-dire au lendemain de la crise étudiante, au moment où l’esprit était à la convergence. Mais à cette époque le PQ lui-même la rejetait[3]. Mais aujourd’hui, tout semble indiquer que les membres du PQ ont décidé dans leur congrès de courtiser prioritairement l’électorat solidaire, au détriment de son électorat de droite.

On pourrait presque croire que c’est un esprit de vengeance qui anime les troupes péquistes, puisque le segment électoral visé laisse le champ libre à son principal conçurent, c’est-à-dire la CAQ. Le PQ, qui est une coalition indépendantiste transcourants, semble perdre le contact avec sa nature et dérive entre la gauche et la droite tout en oubliant que ce qui tient ses composantes est la lutte pour l’indépendance. Comme le PQ ne propose pas un projet indépendantiste à ces élections, ni même un programme de protection identitaire majeure, et que le programme de QS est socialement beaucoup plus avancé que celui du PQ, l’électorat potentiel du PQ se résume à bien peu de monde, étant donné que les acquis de QS sont stables. C’est du moins ce qui se mesure dans les sondages.

Un autre élément qui doit être mentionné est la proximité plus ou moins avérée des groupes d’extrême droite avec le PQ. Si les liens sont souvent assez contestables, l’effet repoussoir qu’ils donnent à l’électorat de gauche lui est incontestable. Et les tentatives de rassemblement, comme celui de l’autre gauche, ne vont pas sans contribuer à cette image, puisque les auteurs du manifeste utilisent une partie de l’argumentaire de la droite[4] contre QS pour s’opposer comme étant « l’autre gauche ».

Il y a encore bien des gens qui, fidèles au poste, voteront toujours pour le PQ. Cela forme encore une bonne base, mais ce segment électoral de plus en plus âgé et qui vote plus par tradition que par espoir de changement, ne risque pas de s’accroitre par magie. On le constate aisément, le mouvement républicain-indépendantiste est beaucoup mieux représenté par le programme de QS et comme la CAQ se fait le porte-étendard du nationalisme culturel québécois, il est très probable que la gauche souverainiste et la droite identitaire délaissent le PQ dans des secteurs clés pour sa survie. Secteurs clés qui, s’ils ne donnent pas la victoire à ces autres partis, assureront tout de même la défaite du PQ.

Que retenir de la situation présente? Nous avons un PLQ qui plagie le progressisme bon chic bon genre du PLC dans l’espoir qu’on oublie qu’il a un lourd bilan. Ensuite, nous avons une CAQ qui se fait la championne du nationalisme de cabane à sucre, mais surtout pour faire oublier son programme néolibéral. De l’autre côté du spectre politique, nous avons un Québec solidaire qui se trouve à être le seul parti social-démocrate proposant concrètement la souveraineté par une constituante, mais qui peine à rejoindre les classes laborieuses hors des grands centres. Et, à peu près sur le même spectre électoral, nous avons un PQ qui propose également un programme social-démocrate (moins l’indépendance), mais qui pourrait bien encore changer son fusil d’épaule en court de route.

Comme vous le voyez, la situation politique au Québec n’est pas très reluisante et ceux qui espèrent un changement politique prochain risquent d’être bien déçus.

D’un point de vue socialiste, les prochaines années ne risquent donc pas d’être de tout repos, car il devient impératif de construire un bloc social puissant avant qu’il ne soit trop tard, étant donné que nous ne pouvons pas vraiment compter sur ces élections pour changer le rapport de force. La population s’est certes droitisée dans les dernières années, mais pas tant du point de vue des luttes sociales. Elle s’est surtout radicalisée en réaction des politiques identitaires provocatrice des libéraux fédéraux et provinciaux qui flattent les minorités dans un objectif purement clientéliste. En conséquence, il est faux de croire que le peuple québécois ne soutiendrait pas une offensive sociale d’envergure. Il faut seulement cesser d’ignorer ses peurs et ses angoisses et l’écouter, car c’est bien pour lui que nous luttons!


[1] Ce blocage sur la question nationale, même elle semble anecdotique pour certains, est plus important qu’il n’y parait (surtout à gauche et chez les nationalistes), puisque leurs projets politiques ne peuvent réellement être mis en place dans le cadre canadien. L’État souverain c’est encore le Canada, mais bien des partis aux Québec font beaucoup d’effort pour l’oublier.
[2] Majorité qui n’est même pas en mesure de sanctuariser le français sur son territoire.
[3] Pauline Marois avait refusé le principe des primaires souverainistes en 2012 en expliquant que « la seule option qui existe pour réaliser la souveraineté, c’est un gouvernement majoritaire, et seul le Parti québécois peut l’assurer ».
[4] L’accusation d’être une gauche pro-religieuse, multiculturelle et post-nationale.



Benoit Arcand
À propos de