15 Février 1839

15 février 1839 est un drame historique réalisé par Pierre Falardeau qui délaissait cette fois le ton satirique qu’on lui connaissait avec ses Elvis Gratton pour se replonger dans une période sombre de l’histoire du Québec. Le film, scénarisé par Falardeau lui-même, revient sur les suites de l’insurrection des patriotes québécois en 1837 et retrace les dernières heures de Marie-Thomas Delorimier et Charles Hindelang.

Probablement l’ouvre la plus importante de son cinéaste, 15 février 1839 est un témoignage sans parti pris sur la soumission du Québec à l’autorité anglaise. Ce film est également un appel à la résistance, dans une Province si esseulé dans un océan d’anglophonie.

Réalisé, dans des conditions de financement épiques par le plus gueulard de nos réalisateurs, ce huis-clos tendu et stressé est un film québécois qu’il faut absolument voir pour conserver et entretenir notre devoir de mémoire.

En 2002, le film a obtenu quatre prix Jutra, ceux du Meilleur acteur (Luc Picard), de la Meilleure actrice de soutien (Sylvie Drapeau), du Meilleur son et de la Meilleure direction artistique. Fait notable: avec pratiquement 170 000 spectateurs en salles, le film de Falardeau a réussi le tour de force de devenir l’un des plus importants succès en salles d’un film d’auteur sans réelle visée commerciale de toute l’histoire du cinéma québécois. Avec Le party (1990) et Octobre (1994), Falardeau complète avec ce film une trilogie essentielle de la résistance québécoise et de la résilience humaine.


Tribune Libre
À propos de